Roland-Garros sourit encore à Chardy

TENNIS Déjà tombeur de David Nalbandian jeudi, Chardy a de nouveau créé la sensation en battant le Russe Tursunov, tête de série numéro 30…

Sandrine Cochard

— 

Le Français Jérémy Chardy, 145e mondial, a réussi l'exploit de battre David Nalbandian, 7e mondial, pour atteindre le troisième tour de Roland-Garros, grâce à un succès en cinq sets 3-6, 4-6, 6-2, 6-1, 6-2 jeudi.
Le Français Jérémy Chardy, 145e mondial, a réussi l'exploit de battre David Nalbandian, 7e mondial, pour atteindre le troisième tour de Roland-Garros, grâce à un succès en cinq sets 3-6, 4-6, 6-2, 6-1, 6-2 jeudi. — Patrick Kovarik AFP

Jérémy Chardy peut encore rêver. L’aventure continue pour le Français après sa victoire sur Dmitri Tursunov, vendredi, en trois sets (7/6, 6/3, 6/4). Acclamé à la fin de la rencontre, le Palois a pris le temps de savourer les autographes signés auprès d’un public conquis.

«Maintenant je vais me réveiller»

Après David Nalbandian, le Français de 21 ans a de nouveau créé la sensation et tient bon son statut de révélation. «Quand je suis arrivé ici, je ne m’attendais pas du tout à faire un tel tournoi. Ça fait un peu bizarre mais je suis vraiment content», s’est-il réjoui à l’issue de la partie toujours sur son petit nuage. Et d’ajouter en riant: «Après le match j’ai dit à mon entraîneur, au vestiaire, «maintenant je vais me réveiller». Frédéric Fontang, son coach très présent pendant ses matchs. «Je regarde Fred après chaque coups pour me reconcentrer. Ça me fait du bien de le regarder.»

>>> Retrouvez notre dossier Roland-Garros en cliquant ici

«Battre Nalbandian m’a donner envie de battre Tursunov, je me suis dit qu’il était moins bien classé et que je pouvais gagner, a-t-il expliqué. Ce match était différent de celui de jeudi, il n’y’avait pas beaucoup d’échanges au début, on tenait nos service. Puis j’ai réussi quelques retours exceptionnels… J’en avais besoin car j’étais fatigué.» Il fait la différence en prenant le service de Tursunov puis sert pour le match. Un ace plus tard, le voici avec trois balles de match à sa disposition. Il ne lui en faudra qu’une pour conclure. Et d’assurer: «Lors de mon prochain match, je jouerai pareil, très agressif, en allant chercher les points.» Son adversaire, l’Espagnol Nicolas Almagro (19è joueur mondial), est prévenu.