VIDEO. Coupe du monde 2018: La folle journée de Benjamin Pavard accueilli dans la liesse à Jeumont

FOOTBALL Un millier de personnes sont venues acclamer le nouveau champion du monde mercredi après-midi dans la ville nordiste....

Francois Launay

— 

Benjamin Pavard a été fêté par plus d'un millier de personnes mercredi dans sa ville de Jeumont
Benjamin Pavard a été fêté par plus d'un millier de personnes mercredi dans sa ville de Jeumont — FRANCOIS LO PRESTI / AFP
  • Benjamin Pavard a été reçu en héros à Jeumont, la ville où il a grandi.
  • Après avoir reçu la médaille de la ville, un millier de personnes l’ont acclamé devant la gare numérique de la ville.
  • Le joueur est très fier de ses racines nordistes.

Jeumont n’avait jamais connu ça. Petite ville nordiste de 10.000 habitants, la commune dans laquelle Benjamin Pavard a grandi, a fêté comme il se doit l’enfant du pays. Sacré champion du monde dimanche soir, le défenseur de 22 ans a reçu un accueil à la hauteur de l’exploit réalisé par l’équipe de France.

« C’est une fierté absolue de recevoir Benjamin sur ses terres. Il a été le porte-drapeau incroyable de Jeumont pendant toute la coupe du monde. A travers lui, on est rentré dans le panthéon de l’histoire sportive. Ça prouve qu’à Jeumont, on est capable de construire des destins de grands champions. C’est un super message pour tous les enfants de cette ville. Benjamin sera une fierté pour toujours pour les habitants du Val de Sambre qui ont besoin d’espoir », s’enthousiasme Benjamin Saint-Huille, le maire de la ville.

Honoré par la médaille de la ville

Du coup, c’est un accueil de star qu’a reçu le joueur de 22 ans mercredi après-midi. Arrivé à 14h30 à la mairie de Jeumont, Pavard y a reçu la médaille de la ville dans une salle surpeuplée et surchauffée pour cause d’absence de clim. Accueilli au son de Magic System, le héros a été célébré. Après une Marseillaise entonnée à pleins poumons, son père est revenu sur la folle histoire de son gamin, inconnu du grand public il y a encore six mois et sacré champion du monde à seulement 22 ans.

« J’aurais voulu écrire un contre de fée, je n’aurais même pas osé aller jusque-là. On va de surprise en surprise. Pour l’instant, Benjamin est encore dans sa bulle. Il est encore dans son Mondial. Il n’est encore redescendu. Tout cela est incroyable. Il n’y a pas de mots », reconnaît Frédéric Pavard.

Un millier de personnes sont venues l’acclamer

Plus qu’à la mairie, c’est surtout devant la gare numérique, lieu culturel de la ville, que Benjamin Pavard a pris conscience de la passion qu’il avait engendré dans sa ville et plus largement dans sa région. Amis de toujours ou simples anonymes, habitants de Jeumont ou venus exprès de Lille, ils étaient plus d’un millier à s’être déplacé pour acclamer la nouvelle star.

« Mon chef m’a donné ma journée pour être présent ici. J’ai découvert Benjamin Pavard au Mondial comme des millions de Français. Tout le monde est heureux. Merci de nous avoir fait rêver. Merci les Bleus », s’enthousiasme Valentin.

« C’est une fierté pour les gens du Nord. Il a saisi sa chance en peu de temps et il est devenu champion du monde. Il a joué pour la nation et a été mis en lumière. Sa demi-volée contre l’Argentine est le tournant du Mondial. Leur parcours a ramené la bonne humeur dans la région. Et Benjamin Pavard est une vraie cerise sur le gâteau », s’enflamme Alexis, venu de la commune voisine de Cousolre.

Un clapping géant

Comme lui, de nombreux fans s’étaient pressés dès la fin de la matinée pour être sûr d’apercevoir leur idole. Après plusieurs heures d’attente en plein cagnard, mieux supportées grâce aux arrosages répétés des pompiers, le héros de toute une ville est arrivé à 16h30. Monté sur une passerelle, il s’est lâché en remerciant tout le monde, en improvisant un clapping et en reprenant la fameuse chanson qui célèbre sa « frappe de bâtard ».

Une grosse ambiance qui est encore montée d’un cran quand le joueur a décidé de se lancer dans un bain de foule pour aller signer des autographes. De belles scènes suivies de près par Joseph Mohan, son agent depuis son adolescence. De quoi mesurer le chemin parcouru.

Son agent bluffé par tant de simplicité

« C’est un ami à moi qui avait insisté pour que je vienne voir Benjamin jouer. Je suis allé le voir en région parisienne. Il fait un match très nerveux mais il fait des gestes techniques incroyables. Dans la foulée, je suis allé voir les parents en leur disant que s’ils me laissaient gérer la carrière de leur fils, je l’emmènerai en équipe de France. Mais personne ne pouvait prédire qu’il gagnerait la coupe du monde en étant titulaire. Et pourtant Benjamin n’a pas changé, ses parents roulent toujours dans la même voiture et son père continue de payer l’essence quand il vient voir son fils à Stuttgart. C’est incroyable », lâche l’agent du joueur bluffé par autant de simplicité.

Et c’est d’ailleurs avec des mots simples que le joueur est revenu sur cette folle journée, heureux d’avoir pu partager son bonheur en revenant là où tout a commencé.

« Cet accueil chaleureux de Jeumont était vraiment formidable. J’ai été très surpris par les gens qui sont venus. Je n’oublie pas d’où je viens. Je suis né à Maubeuge, j’ai joué à Jeumont même si je suis parti tôt à Lille. Je ne reviens pas souvent ici mais c’est toujours un plaisir de revenir. Les gens de la Sambre sont formidables et ont un état d’esprit merveilleux. Tout a été très vite. Il n’y a rien de plus beau que gagner une coupe du monde. Je ne réalise pas encore totalement. Il va me falloir encore quelques semaines pour m’en rendre compte », reconnaît Benjamlin Pavard.

Un stade bientôt rebaptisé à son nom

Le joueur n’en a d’ailleurs pas fini avec les honneurs ; Dans quelques mois, il reviendra à Jeumont pour inaugurer le stade local qui va être rebaptisé à son nom. En attendant, Pavard va prendre plusieurs semaines de vacances bien méritées. Avec une tête qui n’en finit plus de rester dans les étoiles.

>> A lire aussi : Le jour où Benjamin Pavard a failli abandonner l'idée de devenir pro

>> A lire aussi : Le pompon pour Pavard… Offrez au Français le titre de plus beau but du Mondial