Quand Willy Sagnol dézingue les Girondins de Bordeaux

MEMOIRE COURTE? Salariés, dirigeants, structures... Tout le monde en prend pour son grade...

Clément Carpentier

— 

Willy Sagnol lors du match entre Bordeaux et le Gazélec le 5 mars 2016.
Willy Sagnol lors du match entre Bordeaux et le Gazélec le 5 mars 2016. — Ugo Amez/SIPA
  • Le château du Haillan, ce n'était pas du tout son truc. Pas assez bien apparemment. 
  • C'est lui qui renflouerait les caisses des Girondins aujourd'hui grâce à son rôle sur les dossiers Malcom et Ounas. 
  • Entre dirigeants frileux et salariés capricieux, Willy Sagnol ne pouvait pas s'en sortir selon lui.

Cela s’appelle un tacle à la gorge. Et ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu Willy Sagnol en glisser un de la sorte. Ce lundi soir lors de l’émission Le Vestiaire sur SFR Sport, l’ex-entraîneur des Girondins de Bordeaux a envoyé la sulfateuse au moment de parler de son ancien club. Bien épaulé par Christophe Dugarry qui a une nouvelle fois dénoncé « un club qui n’est pas structuré et ne l’a jamais été », Willy Sagnol s’en est pris un peu près à tout le monde. A part peut-être Jocelyn Gourvennec.

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: «Bandes de chèvres, bandes de pipes», les supporters haussent le ton au Haillan

  • Un entraîneur isolé

L’ancien défenseur de l’équipe de France a tout d’abord souligné l’absence de soutien au sein du club, et plus généralement en France, notamment au moment d’affronter la presse : « Tu n’as pas d’aide. Tu es tout seul. Du vestiaire à la conférence de presse, tu n’as personne qui t’aide. Donc tu arrives, tu te prends tout dans la gueule. »

Alors qu'au Bayern Munich, Willy Sagnol assure que le coach bénéficie d'un assistant pour répondre aux journalistes.

  • Le Haillan, un endroit obsolète

L’ancien coach bordelais ne garde pas non plus un souvenir impérissable du domaine du château du Haillan, c’est le moins que l’on puisse dire. Pour lui, c’est « le pire pour un joueur de foot. » À en croire Willy Sagnol, les terrains sont catastrophiques dès qu’il pleut, les vestiaires trop petits, la salle de vie fait « 6 ou 7 m².» Des installations qui ne seraient donc pas dignes d’un club de haut niveau.

>> A lire aussi : Incidents aux Girondins de Bordeaux: Stéphane Martin «espère que ça ne va pas déraper»

  • Des dirigeants frileux voire incompétents

Au fil de l’interview, Willy Sagnol s’en prend aussi aux personnes qui travaillent au club. Il commence sur ces anciens dirigeants en citant en exemple les cas d’Adam Ounas et Malcom. Pour le premier, il aurait été obligé de faire le forcing pour qu’on lui propose un contrat professionnel car l’ancien milieu bordelais, très talentueux (selon Sagnol), avait des problèmes de comportement qui ne plaisaient pas à la direction.

Pour ce qui est du Brésilien, il va encore plus loin en affirmant : « Quand il a fallu mettre la pression sur mes dirigeants pour le faire signer, j’en ai pris plein la gueule. » Là aussi il aurait dû faire le pressing pour voir les Girondins de Bordeaux dépenser 5 millions d’euros pour Malcom.

>> A lire aussi : Coupe de France: Trois cartons rouges, deux penaltys, une prolongation… L’élimination grotesque des Girondins de Bordeaux par Granville (2-1)

  • Des salariés trop capricieux

Willy Sagnol n’est pas un ami de Martine Aubry. Les 35h, très peu pour lui. En effet, il affirme tout simplement qu’il ne pouvait pas faire son travail comme il le voulait car certains salariés ne voulaient pas dépasser la durée légale du travail. Il s’agace même en concluant par un : « Mais où va-t-on ? »

Reste le bilan Willy Sagnol aux Girondins de Bordeaux en 68 matchs : 26 victoires, 23 nuls et 19 défaites (38,2 % de victoires). Une sixième place lors de sa première saison et un licenciement lors de la deuxième. A noter aussi que certaines personnes du club se sont émues de la sortie médiatique de leur ex-collègue de travail...