Illuminatis: Poutine pense que le scandale de dopage en Russie est un coup monté de Washington

DOPAGE Tout ce scandale aurait été organisé par les Etats-Unis pour nuire... aux élections présidentielles russes...

W.P., avec AFP

— 

Poutine a nié l'existence d'un programme de dopage mis en place par la Russie
Poutine a nié l'existence d'un programme de dopage mis en place par la Russie — Mikhail Klimentyev/AP/SIPA

On ne l’avait pas vue venir. Vladimir Poutine a insinué jeudi que le scandale de dopage d’Etat en Russie et révélé par le rapport McLaren est en fait un coup monté par Washington pour perturber les élections en Russie en mars 2018 pour se venger de la supposée ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016. Dans le texte, ça donne un truc comme ça :

« Voilà ce qui m’inquiète : les Jeux olympiques doivent débuter en février. Et notre élection présidentielle a lieu quand ? En mars », a déclaré M. Poutine lors d’une visite d’usine à Tcheliabinsk, en Sibérie, cité par les agences russes. Et de poursuivre :

« J’ai de gros soupçons sur le fait que tout cela est fait pour créer une situation, dans l’intérêt de quelqu’un, de mécontentement chez les amateurs de sport et les sportifs avec des accusations de soi-disant participation et de responsabilité de l’Etat. »

Selon Poutine, les organisations sportives internationales, dont le Comité olympique international, sont dépendantes des sponsors et des annonceurs, « dont la majeure partie se trouve aux Etats-Unis ».

Poutine ne veut pas voir ses athlètes évoluer sous bannière neutre

« En représailles à notre ingérence imaginaire dans leur élection, [ils] veulent créer des problèmes pendant l’élection présidentielle russe », a-t-il ajouté. Vladimir Poutine n’a pas encore annoncé s’il participerait au scrutin présidentiel de mars, même si sa candidature pour un quatrième mandat ne fait aucun doute pour nombre d’analystes.

Poutine a affirmé en octobre qu’interdire aux sportifs russes de participer aux JO 2018 d’hiver de Pyeongchang ou les forcer à évoluer sous bannière neutre constituerait « une humiliation pour la Russie » et « ferait du mal au mouvement olympique ». Le président russe avait alors affirmé que le CIO subissait la pression « des sponsors et des chaînes de télévision » et ses sponsors « cèdent à leur tour aux signaux sans ambiguïté des instances américaines » pour suspendre la Russie.