«Je ne savais pas que c'était si loin Brest», Jérémy Chardy demande aux Bretons de construire une autoroute jusqu'à Paris

TENNIS Jérémy Chardy n'a pas trouvé d'avion pour rejoindre la capitale dans les temps...

A.L.G.

— 

Jérémy Chardy à Roland-Garros.
Jérémy Chardy à Roland-Garros. — Eric FEFERBERG / AFP

Pour son entrée en lice au Rolex Paris Masters, lundi, Jérémy Chardy a roulé sur son compatriote Gilles Simon (victoire 6-3, 6-0). Une belle performance pour le Palois, qui a très peu joué ces derniers mois. Surtout que son voyage jusqu’à Paris a été un peu rock’n’roll pour un sportif de haut niveau.

>> A lire aussi : Federer est (encore) forfait au Masters 1000 de Bercy, mais le public parisien l'aime trop pour lui en vouloir

En effet, alors qu’il disputait le tournoi Challenger de Brest la semaine passé, où il a été battu en quart de finale par le Grec Tsitsipas, Jérémy Chardy n’a pas réussi à trouver de vol pour arriver dans les temps à Paris.

En mode « système D », le Français a donc fait le trajet en voiture. Le reste, c’est lui qui le raconte le mieux. « Quand j’ai perdu (à Brest), il n’y avait plus de train ou d’avion. Du coup, le lendemain, c’était pareil et je serais arrivé à Paris juste avant mon match. On a loué une voiture et on a roulé. On a mis un peu plus de six heures pour arriver, c’était long. Je ne savais pas que c’était si loin Brest… S’ils pouvaient mettre une autoroute, ce serait mieux ! » Vous avez entendu, les Bretons ?