«Quelque chose de louche se passe ici», soupçonné d'être malade et privé de finale du 400m, Makwala crie au scandale

ATHLETISME Vert de rage, le coureur Botswanais assure ne pas être malade...

A.L.G.

— 

Isaac Makwala est en colère après avoir été privé de finale du 400m aux Mondiaux de Londres.
Isaac Makwala est en colère après avoir été privé de finale du 400m aux Mondiaux de Londres. — Martin Meissner/AP/SIPA

Si la victoire tranquille de Wayde Van Niekerk, mardi soir, en finale du 400m lors des Mondiaux de Londres ne souffre d’aucune contestation, il manquait pourtant un invité de poids à cette petite sauterie. Lui, c’est Makwala. Le coureur botswanais, concurrent principal du Sud-Africain, n’a pas été autorisé à prendre part à cette finale pour cause de gastro-entérite.

Le coureur logeait en effet dans l’hôtel dans lequel s’est déclarée l’épidémie et, même s’il n’assure ne pas être malade, l’ IAAF n’a pas voulu prendre de risque sous peine de voir la maladie s’étendre jusqu’au stade. « Je n’étais pas mal, j’ai juste vomi, comme n’importe quel autre athlète, a lâché Makwala. J’aurais pu courir, j’avais réalisé un bon échauffement, j’étais prêt. (…) Ce n’est pas bien. J’avais le cœur brisé hier (lundi). J’ai le sentiment d’un sabotage… »

Cette sale impression n’a pas dû s’estomper quand, au moment de rejoindre le stade, Makwala a carrément été stoppé aux portes d’entrée par des officiels, « sur instruction du délégué médical de l’IAAF. » La Fédé internationale affirme avoir réalisé des examens sur Makwala lundi soir, l’avoir interdit de compétition pour 48 heures (jusqu’à aujourd’hui 14h) puis avoir alerté la fédération botswanienne. Des infos que la délégation botswanienne nie avoir reçues.

« Il n’y a pas eu de test, il existe simplement une présomption depuis qu’on connaît l’existence de ce virus et qu’Isaac en présente des symptômes. Il n’y a pas non plus eu de communication médicale. On a découvert dans les médias qu’il ne pourrait pas courir en finale », a pesté Falcon Sedimo, le président de la fédération botswanienne d’athlétisme.

Makwala en a rajouté une course sur sa page Facebook, assurant ne pas être malade et n’avoir jamais passé le fameux examen médical. « Je n’aurais jamais pensé regarder cette finale devant a télé. Quelque chose de louche se passe ici. On m’enlève la chance de gagner deux médailles. »