Brésil: Nouvelles révélations de corruption autour du Mondial 2014 et des JO 2016

FOOTBALL Les langues se délient et la poussière sort de dessous le tapis...

Aymeric Le Gall

— 

Le Maracana lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Rio le 5 août 2016.
Le Maracana lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Rio le 5 août 2016. — Felipe Dana/AP/SIPA

Surfacturations, pots-de-vin tous azimuts : le méga scandale de corruption au Brésil n’épargne pas le monde du sport, touché par des accusations en série concernant la construction des stades du Mondial 2014 et des Jeux Olympiques de Rio.

Les dernières révélations en date sont issues des confessions explosives d’anciens cadres du géant BTP Odebrecht ayant noué des accords avec la justice en l’échange de futures remises de peine, mettant en cause toute l’élite politique brésilienne.

BTP et évènements sportifs, la spirale corruptive

Accusé d’avoir formé un cartel illicite avec les autres grands groupes du secteur pour truquer systématiquement les marchés publics, Odebrecht est omniprésent dans la construction des installations sportives des mégas événements qui ont rythmé la vie du Brésil ces dernières années.

>> A lire aussi : Une centaine de personnalités politiques inquiétées dans le scandale Petrobras au Brésil

« Sans nous, il n’y aurait pas eu de Mondial ni de JO. Il n’y aurait rien eu du tout », a résumé dans une de ses confessions Marcelo Odebrecht, ancien PDG du groupe, condamné à 19 ans de prison en première instance.

Rien de neuf sous le soleil…

« Malheureusement, cela ne me surprend absolument pas que cette corruption systématique ait atteint le monde du sport », déplore Ricardo Ferreira Freitas, professeur de l’Université d’État de Rio de Janeiro (Uerj), spécialisé dans les grands événements sportifs.

« Comme il s’agit de chantiers monumentaux, qui impliquent de longs travaux, extrêmement coûteux et avec beaucoup d’acteurs concernés, c’est beaucoup plus facile de détourner de l’argent dans ce type de situation. »

Selon le journal Estado de Sao Paulo, l’ensemble des confessions rendues publiques mardi soir par la Cour suprême du Brésil permet d’identifier des irrégularités dans la construction d’au moins six des 12 stades utilisés lors du Mondial.

>> A lire aussi : Un groupe de BTP admet avoir aidé à truquer les marchés d'attribution des stades pour le Mondial 2014

La tenue d’évènements sportifs de grande ampleur va très souvent de pair avec de sombres affaires de corruptions et de détournements de fonds publics. Le Mondial 2014 et les JO 2016 n’y font malheureusement pas exception…