Présidentielle américaine: Les JO 2024 pour Paris... Le catch obligatoire à l'école... Ça va donner quoi Donald Trump en termes de sports?

ETATS-UNIS Attention, on a laissé libre court à notre imagination...

B.V., N.C. (avec R.B.)
— 
Donald Trump lors de son intervention remarquée pendant un combat WWE, en avril 2007.
Donald Trump lors de son intervention remarquée pendant un combat WWE, en avril 2007. — Carlos Osorio/AP/SIPA

On y est, Donald Trump est le nouveau président des Etats-Unis. Une claque pour certains, une révolte démocratique pour d’autres… on laissera les spécialistes livrer leurs analyses éclairées sur le pourquoi du comment et, surtout, les conséquences politiques de cette élection. Nous, on va plutôt se concentrer sur notre domaine. Donald Trump à la Maison Blanche, ça va changer quoi pour les sports US ? Voilà quelques pistes de réflexions. Certaines vous paraîtront peut-être (!) folles, mais bon, il paraît qu’il faut s’attendre à tout désormais.

Avertissement : Tout ce qui suit n’est pas forcément à prendre au premier degré (enfin, on espère)

>> A lire aussi: Toutes les réactions et analyses après l'élection de Donald Trump

Bye bye Los Angeles dans la course aux JO 2024, Paris gagne

Les valeurs de l’olympisme vs les valeurs de Donald. L’élection de Trump est à première vue un coup dur pour la candidature de Los Angeles à l’organisation des JO 2024. Dans un monde qui prône l’excellence, l’amitié et le respect ( c’est ça, officiellement, les fameuses valeurs), les déclarations tapageuses du nouveau président américain peuvent inquiéter. Jusqu’à détourner certaines voix de LA ? Peut-être. « C’est un très mauvais coup pour eux, qui va défaire tout le travail fourni par le comité olympique américain », estime un lobbyiste spécialiste du monde olympique interrogé par lemonde.fr.

Voilà, en tout cas, qui pourrait profiter à Paris 2024. Au sein du comité de candidature, on ne saute pas au plafond pour autant. Tout juste souligne-t-on, avec un sens aiguisé du sous-entendu, que « notre candidature se base sur des valeurs d’ouvertures et des principes ». Paris saura défendre son point de vue lors de l’assemblée générale de l’Association des Comités nationaux olympiques (ANOC), en début de semaine prochaine à Doha.

Taux de crédibilité : 50 %

La plus grande course cycliste du monde devient le Tour de Trump

« Un jour cette course sera l’équivalent du Tour de France. Voire plus grosse. Notre population est plus grande, donc on peut le faire ». Si l’on vous parle d’une possible course de vélo américaine aussi grosse que notre bon vieux Tour de France, c’est parce que Donald Trump l’a déjà imaginée. Mieux, il l’a déjà financée. C’était en 1989 et 1990, et ça s’appelait… le Tour de Trump.

Un grand départ de la Trump Tower, des villes-étape là où il possède des casinos, quasiment que des arrivées au sprint, des conditions de courses pourries, autant vous dire que l’ensemble était plutôt folklorique, et pas tout à fait à la hauteur de la Grande Boucle. Et malgré un beau plateau (LeMond, Armstrong…), Trump en a vite eu marre, notamment après la victoire au classement général d’un Mexicain lors de la deuxième et dernière édition. Ah, l’Histoire est cocasse parfois.

Taux de crédibilité : 20 % pour un vrai grand tour cycliste, 1 % pour le plus grand Tour du monde

Il déchire le sport le plus populaire : le foot US

Comme tout bon américain, Donald Trump adore le foot US. Mais il déteste la NFL, la ligue pro. Pourquoi ? Parce que c’est à peu près la seule chose qui lui a résisté dans sa carrière. Alors qu’il avait acheté les New Jersey Generals, une équipe de foot américain jouant dans une autre ligue, il avait porté plainte contre la NFL pour essayer de la déstabiliser et de prendre sa place comme ligue majeure. Complètement raté.

Sauf que 23 ans plus tard, Trump pourrait réessayer. Depuis déjà quelques mois, il tente dès qu’il le peut de déstabiliser la NFL : il critique les lois prises contre les protocoles commotions, se moque de la baisse des audiences et insère sa campagne au milieu de la saison de foot en envoyant des casquettes à certains de ses amis joueurs. Comme Tom Brady, par exemple. S’il voulait créer une autre ligue parallèle, y ramener la plus grande star actuelle de ce sport serait un bon début. Et on n’ose pas imaginer le bordel que ça mettrait dans le pays.

Taux de crédibilité : 9 %.

Le catch est désormais enseigné en cours d’EPS

Si vous vous demandez qui a bien pu voter Trump, ne cherchez pas plus longtemps. Ils étaient tous devant leur télé le jour où le nouveau président des Etats-Unis a fait une apparition dans un épisode de « WWE », la franchise américaine de catch. Il y rosse un type qu’il finit par raser, tout ça devant la foule en délire. Autant dire qu’une de ses premières décisions en tant que « commander in chief » sera de donner de l’importance à ce sport génial qu’est le catch. En le rendant réaliste ? Non, faut pas déconner quand même. Mais en rendant son enseignement obligatoire dans tous les cours d’EPS dès 6 ans.

Taux de crédibilité : 15 %

La fin de la Ligue de baseball

Entre sa réticence à poursuivre la reprise des relations diplomatiques avec Cuba et sa volonté d’ériger un mur à la frontière mexicaine pour se protéger, ça s’annonce compliqué pour le base-ball. Et oui, aujourd’hui, la MLB compte énormément de joueurs majeurs venus de la petite île des Caraïbes (Yoan Moncada, Yasiel Puig, Jose Abreu, Rusney Castillo, Aroldis Chapman, etc.). Les Mexicains sont moins nombreux mais possèdent en Adrian Gonzalez un bel ambassadeur.

De manière générale, c’est tous les Latinos que Trump a dans le viseur. Ces « criminels » (ou « violeurs », selon son humeur), il n’en veut pas sur son territoire. Cela va faire un sacré trou à boucher dans les équipes quand on aura enlevé les 183 Dominicains de la MLB.

Dennis Rodman au secrétariat d’Etat, Hulk Hogan à la Justice

Donald Trump peut compter sur de solides soutiens/amis dans le monde du sport. Le golfeur Jack Nicklaus, le promoteur de boxe Don King ou Mike Tyson se sont mouillés pour lui pendant la campagne. Mais parmi tous ces inconditionnels, on en voit deux qui peuvent espérer un poste à forte responsabilité.

1. Qui d’autre que Dennis Rodman au poste suprême de secrétaire d’Etat, eu égard à ses bonnes relations avec la Corée du Nord ? Personne, clairement. Le seul homme sur terre à pouvoir dire qu’un homme censé avoir été exécuté par le régime est en réalité toujours vivant, c’est lui. Le seul ami étranger de Kim Jong-un, c’est lui aussi. Il est temps qu’on prenne au sérieux cette histoire de diplomatie du basket.

2. Autre fonction clé au sein de l’administration, celle de procureur général. Et là, Hulk Hogan s’impose. Le catcheur est un fin connaisseur des rouages de la justice américaine, lui qui vient de toucher 31 millions de dollars (28 millions d’euros) en dommages et intérêts de la part du site Gawker, qui avait publié une sextape tournée avec une amie de sa femme. Et encore il a été gentil, le premier jugement lui donnait droit à 140 millions de dollars (126 millions d’euros). Et puis franchement, qui viendra contester les décisions de cet Attorney general qui peut vous faire un Cobra Clutch Leg Sweep (une prise de catch) à tout moment.

Hulk Hogan en Attorney general, bientôt sur vos écrans.
Hulk Hogan en Attorney general, bientôt sur vos écrans. - John Pendygraft/AP/SIPA

Taux de crédibilité : 0, [beaucoup de 0] 1 %

Ça va être sympa la NHL avec uniquement des équipes canadiennes

Pour l’instant, la Ligue de hockey la plus célèbre du monde, c’est seulement sept franchises canadiennes pour vingt-trois américaines. Mais si on a bien suivi les premières tendances de l’après-séisme, les Canadiens de Montréal, les Sénateurs d’Ottawa, les Maple Leafs de Toronto, les Canucks de Vancouver, les Flames de Calgary, les Oilers d’Edmonton et les Jets de Winnipeg devraient bientôt recevoir du renfort.

Les citoyens américains sont très nombreux à se renseigner sur un départ plus ou moins définitif au Canada. Juste comme ça, pour prendre le frais. Ça va en faire des joueurs de hockey potentiels. Il faudrait juste que le site Citoyenneté et Immigration Canada, crashé depuis mardi soir, soit de nouveau accessible.

Rio (enfin, le Canada) ne répond plus.
Rio (enfin, le Canada) ne répond plus. - www.cic.gc.ca

Taux de crédibilité : 2 % (en voyant large)

Partie de golf obligatoire après la messe le dimanche

On vous l’avait expliqué dans cet article, impossible d’accéder à la Maison Blanche sans un handicap correct au golf. Donald Trump, qui se considère comme « le meilleur putteur du monde », fait largement l’affaire. Même s’il se voit peut-être plus beau qu’il n’est, on ne peut pas lui enlever qu’il est un vrai passionné. « Il y aura un putting green à la Maison Blanche s’il est élu », avait même dit un jour son ami et grande star de la NFL, Tom Brady.

Ça, ça reste à voir, mais l’idée d’institutionnaliser la pratique d’un bon 18 trous le dimanche après-midi, après la messe et le lunch, n’est elle pas à exclure. Bill aura tout le temps d’apprendre à Hillary pour 2020.

Donald Trump regarde sereinement la vie, le 27 juin 2012 à Bethesda.
Donald Trump regarde sereinement la vie, le 27 juin 2012 à Bethesda. - Patrick Semansky/AP/SIPA

Taux de crédibilité : 8 %