C'est l'heure de pointe sur les océans

Jérôme Capton - ©2007 20 minutes

— 

Faire disputer l'Euro de football en même temps que la Ligue des champions. C'est en grossissant le trait ce que proposent en ce moment les organisateurs des courses à la voile, avec en parallèle de la transat Jacques-Vabre, dont le vainqueur en monocoque est attendu aujourd'hui, la Barcelona World Race, partie le 7 novembre. D'un côté une transat en double classique, de l'autre un tout nouveau tour du monde, en duo également, réservé aux monocoques. Le tout à un an du Vendée Globe, épreuve mythique en solitaire.

« Les bateaux engagés m'intéressent, mais pas la course ! Je ne veux pas y aller, car je ne veux pas perdre l'envie de faire le Vendée Globe. Je ne me vois pas arriver d'un tour du monde en février prochain et me dire qu'il faudra y retourner quelques mois plus tard », explique ainsi Michel Desjoyeaux, qui a opté pour la transat entre Le Havre et Salvador de Bahia. Engagé dans la Barcelona World Race, Roland Jourdain ne partage pas cet avis. « C'est un tour de chauffe pour le Vendée Globe. Il n'y a rien de tel que l'entraînement sur l'eau pour repartir en solitaire. La Jacques-Vabre et la World Race, c'est un peu les deux tendances. On verra qui a tort et qui a raison », confie le skipper de Veolia.

Ce qui est certain, c'est qu'à ce petit jeu, le grand public finit par ne plus rien y comprendre. Et ce n'est pourtant pas fini puisque dans les prochains jours, Thomas Coville (Sodebo) et Francis Joyon (Idec) s'élanceront, a priori pas en même temps, dans une tentative de record autour du monde en solitaire et en multi.

Sur www.20Minutes.fr

Le blog de Kito de Pavant