Corruption: Le président de la FA entendu par une commission d'enquête après l'affaire Allardyce

FOOTBALL Il y a des choses qui vont bouger dans la gouvernance du foot britannique...

N.C. avec AFP

— 

Sam Allardyce devant son domicile le 28 septembre 2016.
Sam Allardyce devant son domicile le 28 septembre 2016. — Dave Howarth/AP/SIPA

Le président de la Fédération anglaise de football (FA), Greg Clarke, sera entendu par une commission d'enquête parlementaire le 17 octobre, après les soupçons de corruption dans le foot anglais qui ont contraint Sam Allardyce à quitter la tête de la sélection nationale. «Les derniers événements ont mis en évidence les défaillances majeures qui perdurent dans la gouvernance du football au Royaume-Uni, de même que sur le plan international», écrit notamment la commission de dix membres dans son communiqué.

>> A lire aussi: Viré, Sam Allardyce admet avoir fait «une chose stupide»

«En dépit des promesses de différents ministres des Sports et des progrès réalisés par la FA, rien n'a vraiment bougé: les clubs, et plus particulièrement la Premier League, détiennent toujours le pouvoir. La véritable réforme sur la propriété des clubs, les transferts de joueurs (...), le rôle des agents, est au point mort», a regretté la commission sans mentionner directement l'affaire Allardyce.

Dans une vidéo diffusée fin septembre sur le site du Daily Telegraph, Allardyce explique à ce qu'il croit être un groupe représentant les intérêts d'investisseurs asiatiques comment il est possible de «contourner» les règles de la fédération notamment en matière de tierce propriété (TPO). Mais les hommes sont en réalité des journalistes infiltrés du Daily Telegraph, enquêtant sur la corruption dans le football anglais.

>> A lire aussi: Après Allardyce, les noms de managers impliqués continuent de tomber

Pis, Allardyce (61 ans) accepte de se rendre à Singapour et à Hong Kong afin de monnayer ses conseils pour une somme de 400.000 livres sterling (environ 461.000 euros). Empêtré dans cette affaire, le technicien a dû quitter la sélection anglaise le 27 septembre, 67 jours seulement après sa nomination et en ayant dirigé un seul match (1-0 devant la Slovaquie en qualifications au Mondial 2018).