JO 2016: «Cette médaille, personne ne va la jeter», les Experts encaissent et veulent déjà leur revanche au Mondial 2017

JEUX OLYMPIQUES Les Bleus ont perdu la première finale de leur histoire...

Romain Baheux

— 

Thierry Omeyer (à droite) reçoit sa médaille d'argent des JO de Rio le 21 août 2016.
Thierry Omeyer (à droite) reçoit sa médaille d'argent des JO de Rio le 21 août 2016. — Roberto SCHMIDT / afp

De notre envoyé spécial à Rio,

On est arrivés dans nos petits souliers. Ben oui, on ne savait pas trop à quoi s’attendre des Bleus. Figurez-vous que le cas de figure était inédit. Voir les Experts perdre, OK, on l’avait déjà vu. Mais une finale ? Jamais, ô grand jamais avant ce revers dans cette tentative de triplé olympique, avorté par le Danemark et les mines de Mikkel Hansen (26-28).

Le résultat : pas de crise de larmes, d’annonce d’un Grenelle du handball par le DTN Philippe Bana en larmes, ou de retraites annoncées précipitamment. Juste des Français tristounets, mais quand même pas trop mécontents d’avoir ramené l’argent. « Cette médaille, personne le va la jeter, annonce Claude Onesta. Il faut prendre la mesure de ce qu’est une finale olympique. » « Je vais vous le dire, je ressens de la fierté, renchérit Michaël Guigou. Franchement, on aurait pu s’écrouler plus tôt dans la compétition. »

Vous me direz, ils ne sont plus compétiteurs, les Experts sont cramés. Pas du tout. Tous ont rapidement embrayé sur le nouvel objectif commun : le Mondial 2017 en janvier à domicile, l’événement qui incite les vieux -Omeyer, Narcisse, Guigou- à repousser le départ en retraite.

>> A lire aussi : JO 2016: Notre lettre d'amour aux Experts

« Les enseignements qu’on retire en vue de ça ? Ça demande de la sagesse, ce n’est pas un truc d’éjaculateur précoce, réplique Claude Onesta. Bon, à limite, on n’arrivera pas au Mondial avec un excès de confiance. Une victoire ici, ça aurait pu être sournois. » « Ça arrive vite, souffle Daniel Narcisse. Même si on n’a pas beaucoup de temps pour le préparer, ça va être un grand moment. » Soyez prêts, ça sent la revanche à plein nez.