Monaco: Si Falcao doit renaître de ses cendres, c'est maintenant ou jamais

PORTRAIT Après avoir touché le fond en Angleterre, Radamel Falcao semble enfin voir la lumière au bout du tunnel à la faveur d'une très bonne pré-saison avec l'AS Monaco...

William Pereira

— 

Radamel Falcao lors de son dernier match en Ligue 1, contre Nantes, le 24 août 2014.
Radamel Falcao lors de son dernier match en Ligue 1, contre Nantes, le 24 août 2014. — OUEST MEDIAS/SIPA

Le tigre rugira-t-il à nouveau cette saison ? Après un exil raté en Angleterre, Radamel Falcao revient à Monaco avec l’envie de montrer qu’il peut retrouver le niveau qui était le sien avant sa blessure au genou gauche, le 22 janvier 2014. Mais en est-il réellement capable ? Tentative de réponse.

>> A lire aussi : Mercato: «En principe, je jouerai à Monaco la saison prochaine», confie Falcao

Cinq buts marqués pendant les matchs de préparation

Au vu du peu de matchs officiels disputés par Falcao en 2016, il reste difficile de s’exprimer sur son niveau réel avant les deux matchs contre le Fenerbahçe, comptant pour le 3e tour préliminaire de la Ligue des champions. Cependant, il faut reconnaître que l’attaquant colombien s’est montré très convaincant pendant la pré-saison monégasque. Très affûté et auteur de cinq banderilles, dont trois contre des adversaires aussi coriaces que le Sporting et le Zenith Saint-Pétersbourg, el tigre a donné à Leonardo Jardim des raisons de se frotter les mains avant de se lancer sur le champ de bataille.

« Il a une excellente hygiène de vie »

Sa forme actuelle, le numéro 9 de l’ASM la doit à une préparation physique entamée bien avant son retour sur le rocher. « A Chelsea, il savait qu’il n’aurait pas de temps de jeu en fin de saison, donc il se donnait à fond à l’entraînement. Je ne sais pas s’il faisait du travail spécifique à côté, mais on sentait qu’il revenait très bien à la fin », se souvient Christophe Lollichon, entraîneur des gardiens chez les Blues, également impressionné par le professionnalisme de la star monégasque. « Il a un train de vie quotidien très sain, une excellente hygiène de vie. Il est très croyant aussi, et je pense que sa foi l’a aidé dans les moments très difficiles », ajoute-t-il.

A Chelsea, il passait derrière Diego Costa et « un jeune »

De la foi et un mental d’acier. Il faut au moins cela pour sortir des abysses du football et espérer regagner des sommets que le tigre avait découverts sous les couleurs du FC Porto. Et pour supporter une situation professionnelle qu’aucun joueur de son calibre n’aurait acceptée. « L’année dernière, il y avait Diego Costa qui lui barrait la route, il ne jouait jamais et parfois il voyait même un jeune entrer à sa place. Pourtant, on ne l’entendait jamais dire quoi que ce soit », raconte, admiratif, Christophe Lollichon.

« Les buts marqués me donnent confiance »

Si Falcao ne baisse jamais les bras, c’est qu’il reste persuadé que son heure reviendra. Mais qu’en est-il vraiment ? Le buteur colombien est-il toujours un joueur de très haut niveau ? Pour Christophe Lollichon, il n’y a aucun doute possible. « Il a beaucoup de talent, ce n’est pas n’importe quel footballeur. Et puis mentalement, le fait de savoir qu’il est en tête pour le poste de numéro 9 à Monaco le met plus en confiance. » Bingo, c’est précisément ce que déclarait récemment l’intéressé aux médias monégasques (« les buts marqués me donnent confiance, je me sens bien »).

Enfin, et malgré son âge, le double-vainqueur de l’Europa League devrait être relativement frais pour entamer la prochaine mouture avec l’ASM. « Peut-être que le fait qu’il ait moins joué ces dernières saisons a permis à son corps de se repose », se demande l’entraîneur des gardiens de Chelsea. Bref, cette année, Radamel Falcao n’aura plus d’excuses. Ce sera la gloire, ou la petite porte.