UEFA, Fifa, Euro 2016... Comment Michel Platini a tout perdu en quelques mois

FOOTBALL Sanctionné dans le cadre du scandale autour de l'ex-président de la Fifa Sepp Blatter, le Français a vu sa suspension passer de 4 à 6 ans, ce qui ruine ses derniers espoirs...

A.M. avec AFP

— 

Michel Platini et Sepp Blatter, le 28 mai 2015, à Zurich.
Michel Platini et Sepp Blatter, le 28 mai 2015, à Zurich. — MICHAEL BUHOLZER / AFP

C’est le dernier épisode d'une saga. Mais si la réduction de six à quatre ans de la suspension de Michel Platini de toute activité liée au football décidée lundi par le Tribunal arbitral du sport (TAS), est un coup d’arrêt, ce n’est pas la fin du combat pour le Français, qui va maintenant devoir se défendre devant la justice suisse. Retour sur une année chargée qui aura vu tomber Michel Platini. Définitivement?

  • 27 mai 2015: Sept hauts dirigeants du football international sont arrêtés à Zurich, à la demande de la justice américaine. 14 personnes (dont 9 membres ou anciens membres de la Fifa) sont mises en cause. L’acte d’accusation américain parle de quelque 150 millions de dollars (132 millions d’euros) de pots-de-vin et de rétrocommissions, depuis les années 1990. Dans une procédure distincte, ouverte contre X pour soupçons de « blanchiment d’argent et gestion déloyale » autour de l’attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar, la justice suisse fait procéder à des perquisitions au siège de la Fifa, à Zurich.
  • 28 mai:  Michel Platini, président de l’UEFA, demande à Joseph Blatter, président de la Fifa depuis 1998, de renoncer à briguer un nouveau mandat et de quitter son poste. Le Suisse de 79 ans refuse. Le lendemain, Blatter est réélu pour un cinquième mandat de quatre ans.
  • 2 juin: Sepp Blatter annonce finalement sa démission et appelle à l’élection d’un nouveau président lors d’un congrès extraordinaire électif, prévu le 26 février 2016.
  • 29 juillet: Michel Platini annonce sa candidature à la présidence de la Fifa.
  • 25 septembre: La justice suisse entend Platini comme témoin assisté pour un paiement de 1,8 million d’euros reçu en 2011 pour un travail de conseiller de Blatter achevé en 2002. Blatter est mis en examen pour cette affaire et pour un contrat de droits TV présumé déloyal (très en-dessous des prix du marché) envers la Fifa.
  • 8 octobre: La commission d’éthique de la Fifa suspend 90 jours Blatter, Platini et le secrétaire général de l’instance mondiale Jérôme Valcke. Issa Hayatou, président de la Confédération africaine, est nommé président de la Fifa par intérim.
  • 9 et 10 octobre : Blatter puis Platini font appel de leur suspension.
  • 19 octobre: Platini admet dans une interview au journal Le Monde qu’il n’y avait pas de contrat écrit pour le versement controversé de 1,8 million d’euros.
  • 20 octobre: La Fifa annonce que la candidature de Platini à la présidence est gelée tant qu’il reste suspendu.
  • 18 novembre: Les appels de Platini et Blatter sont rejetés en interne par la Fifa.
  • 20 novembre: Platini saisit le Tribunal arbitral du sport (TAS) concernant sa sanction provisoire.
  • 24 novembre: La chambre d’instruction de la Fifa a requis une radiation à vie contre Platini, indiquent ses avocats, qui dénoncent un « pur scandale ».
  • 16 décembre: Platini décide de boycotter son audition prévue le 18 décembre devant la justice interne de la Fifa pour signifier « sa plus profonde indignation face à une procédure visant à l’empêcher de se présenter à la présidence de la Fifa », selon un communiqué transmis à l’AFP.
  • 17 décembre: Blatter est entendu durant 8 heures par les juges de la Fifa. « Le président Blatter attend une décision en sa faveur. La preuve a été faite que le président Blatter s’est comporté comme il le fallait et n’a certainement pas violé le code d’éthique de la Fifa », indiquent ses avocats.
  • 18 décembre:  L’avocat de Platini, Me Thibaud d’Alès, est entendu durant neuf heures par la justice interne de la Fifa pour défendre le président de l’UEFA. En préambule, il lit une déclaration du Français dans laquelle celui-ci se dit « déjà jugé, déjà condamné ». « Mon procès est donc joué », ajoute-t-il.
  • 21 décembre: Blatter et Platini sont suspendus 8 ans de toute activité liée au football par la justice interne de la Fifa.
  • 7 janvier 2016: Platini indique qu’il retire sa candidature à la présidence de la Fifa : « En me retirant, je fais le choix de me consacrer à ma défense », annonce-t-il sur le site lequipe.fr.
  • 12 janvier: Les procureurs de la Fifa disent qu’ils vont interjeter appel des 8 ans de suspension infligés à Blatter à Platini, jugeant insuffisante cette sanction, eux qui avaient requis la radiation à vie.
  • 15-16 février:  Platini puis Blatter sont entendus pendant plus de huit heures par la commission de recours de la Fifa.
  • 24 février: La chambre d’appel de la Fifa réduit les peines de Platini et Blatter de 8 à 6 ans de suspension. Platini dénonce une « décision insultante, honteuse et un déni de droit », et se tourne vers le TAS, dernier recours auquel se prépare Blatter.
  • 9 mars: Après une demande d’entraide judiciaire émanant de la Suisse, le siège de la Fédération française de football est perquisitionné à Paris et « des documents ont été saisis en lien avec le paiement suspect » de 2 millions de francs suisses (1,8 M EUR) effectué en 2011 par Blatter à Platini.
  • 29 avril: Entendu toute la journée par le Tribunal arbitral du sport (TAS), Michel Platini clame son innocence. « Je suis encore plus optimiste » après cette audition, lance-t-il devant les journalistes.
  • 3 mai: L’UEFA, réuni en Congrès à Budapest, annonce une séance extraordinaire du comité exécutif pour statuer sur le cas Platini le 18 mai à Bâle (Suisse), dans la matinée précédant la finale de l’Europa League.
  • 9 mai: La suspension de Michel Platini de toute activité liée au football est réduite de six à quatre ans par le Tribunal arbitral du sport (TAS). Le TAS reconnaît la « validité » du contrat oral liant la Fifa à Michel Platini, pour 1,8 million d’euros, mais « n’est pas convaincu par la légitimité » du versement. Michel Platini annonce sa démission de la présidence de l’UEFA pour « poursuivre (son) combat devant les tribunaux suisses ».