Dopage: Mamadou Sakho peut-il rater l'Euro 2016 à cause de son contrôle positif?

FOOTBALL L'UEFA attend la contre-expertise pour prononcer la suspension...

J.L.

— 

Mamadou Sakho lors de France-Russie en mars 2016.
Mamadou Sakho lors de France-Russie en mars 2016. — PIERRE RAPHAEL/SIPA

Après le sombre épisode de la sextape qui a conduit Didier Deschamps à se passer de Karim Benzema cet été, le sélectionneur français pourrait devoir composer avec un autre absent de marque : le défenseur Mamadou Sakho, contrôlé positif à un brûleur de graisse selon RMC.

Suspendu provisoirement par son club qui a confirmé avoir été informé par l’UEFA d’un possible contrôle positif après un match de Ligue Europe fin mars, Mamadou Sakho devra, selon plusieurs médias anglais, fournir avant mardi un échantillon pour la contre-expertise qui servira à valider définitivement la procédure. Si la contre-expertise est également positive, on voit mal comment Sakho pourrait échapper à une longue suspension.

Le règlement antidopage de l’UEFA 2015, prévoit en effet des suspensions allant de deux ans à quatre pour une première violation des règles antidopage. L’institution laisse toutefois la porte ouverte à une réduction de la suspension, voire son annulation, en fonction de certains critères, notamment « si un joueur ou une autre personne établit, dans un cas particulier, l’absence de faute ou de négligence de sa part ».

Le règlement antido dopage de l'UEFA.
Le règlement antido dopage de l'UEFA. - UEFA

 

Cela pourrait être la ligne de défense de l’international français. Selon RMC, Sakho ignorait la composition du produit qu’il a ingéré pour éliminer sa masse graisseuse et entend bien prouver sa bonne foi. Un cas presque similaire invite pourtant au pessimisme. Kolo Touré, lui ausssi contrôlé positif à un brûleur de graisse en 2011, avait eu beau arguer qu’il avait tenté par tous les moyens de s’assurer de la légalité du produit, avait écopé d’une suspension de six mois de la part de l’Uefa.

S’il n’est pas toujours titulaire en équipe de France, Sakho fait partie des cadres de Deschamps depuis son fameux doublé face à l’Ukraine en novembre 2013. Son absence pourrait conduire le sélectionneur à revoir ses plans à quelques jours de la publication de la liste des 23 pour l’Euro : Jérémy Mathieu, s’il est remis à temps, Loic Perrin ou encore Samuel Umtiti, pourraient en profiter.