Pays-Bas-France: Attentats, Cruyff, Benzema… On ne parle pas beaucoup terrain ces derniers temps avec les Bleus

FOOTBALL Et pourtant, l’Euro est là, tout proche...

N.C., à Amsterdam

— 

L'équipe de France à l'entraînement à Clairefontaine, le 22 mars 2016.
L'équipe de France à l'entraînement à Clairefontaine, le 22 mars 2016. — FRANCK FIFE / AFP

L’anecdote est révélatrice. Alors que la conférence de presse se termine, tout le monde se lève et s’apprête à vaquer à ses petites affaires… jusqu’à ce que Deschamps ne rattrape le micro : « Au fait, puisque vous ne l’avez pas demandé, je vous le dis quand même. Il y a trois joueurs qui ne joueront pas demain [vendredi], Sagna, Cabaye et Coman ». S’il avait ajouté « si jamais ça vous intéresse », c’était pareil.

>> A lire aussi: Pour Deschamps, Cruyff «a amené une philosophie de jeu nouvelle»

C’est que l’on ne parle plus beaucoup terrain ces derniers temps lors des rassemblements des Bleus. Attentats de novembre à Paris, mardi dernier à Bruxelles, affaire Benzema-Valbuena, mort de Cruyff… Le contexte n’est jamais très évident, alors que l’Euro arrive à grands pas.

N’est-ce pas trop compliquer à gérer, d’ailleurs, dans le groupe ? « Non, quand je leur parle, je leur parle foot, assure Deschamps. Après, on n’est pas dans notre bulle, on se rend compte de ce qui se passe. Cette actualité, on la prend de plein fouet. Personne ne reste insensible à ça. Mais on essaye de rester concentrés sur notre sujet. »

« Ces événements, ils sont là, on les affronte »

« Je vous rassure, on parle aussi de jeu [entre nous], ajoute Matuidi. Pour nous, c’est toujours important ces matchs, l’Euro n’est plus très loin maintenant. Demain [vendredi] ce sera particulier mais on fera le maximum pour gagner. »

Quant à savoir si tous ces moments traversés ensemble peuvent souder davantage le groupe, DD ne voit bien sûr pas les choses comme ça. « Je ne peux pas répondre positivement, répond-il du tac au tac, un peu agacé. On n’a évidemment pas besoin de ces événements. Ils sont là, on les affronte. Les valeurs de solidarité doivent être toujours présentes. Elles sont peut-être un peu accentuées quand il y a des événements tragiques, mais on subit tout ça. » Et le climat ne risque pas de s’alléger d’ici au 10 juin.