La FIFA s'est-elle évitée un nouveau scandale en élisant Gianni Infantino ?

FOOTBALL Le cheikh Salman pourrait en effet être lié à une affaire de corruption…

P.A.
— 
Le Cheick Salman à la Fifa.
Le Cheick Salman à la Fifa. — Patrick B. Kraemer/AP/SIPA

Battu il y a quelques jours par Gianni Infantino lors de l’élection du nouveau président de la FIFA, le cheikh Salman pourrait bien enchaîner par une nouvelle déconvenue. Selon L’Express, l’équipe nationale du Bahreïn aurait disputé cinq matchs truqués entre 2009 et 2012. À cette époque, le cheikh Salman en dirigeait alors la fédération…

Il s’agirait de quatre rencontres amicales face au Zimbabwe (5-2, le 23 mars 2009), l’Iran (4-2, le 31 août 2009) et le Togo par deux fois (5-1, le 6 novembre 2009 et 3-0 le 7 septembre 2010). Cette dernière rencontre est d’ailleurs déjà assez connue, l’équipe togolaise qu’avait affrontée le Bahreïn était une formation d’imposteurs.

Un 10-0 contre l’Indonésie

Le dernier match cité par l’hebdomadaire était lui qualificatif pour le Mondial 2014. Le Bahreïn devait l’emporter par au moins neuf buts d’écart face à l’Indonésie (le 29 février 2012). Score final ?10-0, avec un gardien expulsé après 3 minutes de jeu et de nombreuses irrégularités constatées dans un rapport.

Au moment de l’élection, le cheikh Salman était déjà accusé par des ONG de ne pas avoir empêché l’emprisonnement de footballeurs bahreïnis lors du soulèvement d’une partie du peuple contre le régime, en 2011. La FIFA a peut-être évité un nouveau scandale…