Election à la Fifa: Surprise, Gianni Infantino est le nouveau boss...

FOOTBALL Revivez l'élection du président de la Fifa...

(B.V et R.B)
— 
Affiche annonçant le congrès de la Fifa à Zurich (Suisse).
Affiche annonçant le congrès de la Fifa à Zurich (Suisse). — AFP

Les candidats

Gianni Infantino: 118 voix, élu président

Cheick Salman: 88 voix

Jérôme Champagne: 0 voix

Prince Ali: 4 voix

18h30: On vous prépare un portrait d'Infantino pour savoir comment il a fait pour passer de chauve de l'UEFA à président de la Fifa en moins de 3 mois. House of cards mon pote.

Et on vous dira aussi quel est son programme en tant que président de la Fifa. Deux indices:

- un partage du pognon

- une Coupe du monde à 40

18h18: Depuis plusieurs années, Gianni Infantino est le vice-président de Michel Platini à l'UEFA. C'est aussi son ami et son confident.
18h16:   

18h15: Il est très ému au micro. «J'ai combien d'heure pour exprimer mes émotions?» demande-t-il au micro.

18h14: Il vient d'accepter le poste et sera président de la Fifa jusqu'en 2019. Le bras droit de Michel Platinin a renversé un vote dont il n'était pas favori. C'est l'UEFA qui gagne un peu

18h12:  Infantino 115, Salman 88, Prince Ali 4, Champagne 0 !

Il y a donc eu un report des voix quasi intégral pour Infantino au deuxième tour

18h10: SURPRISE !!!! Incroyable !!! Gianni Infantino est élu président de la Fifa ! 
18h05: C'est l'heure du dépouillement ! 
18h00: Forcément, ça dépouille, ça dépasse !
17h45: Les résultats du deuxième vote sont terminés ! On va passer au dépouillement.
17h35: On est au U de Uruguay. Bientôt la fin du deuxième tour donc.

16h35: Voici les scenarios qu'on pourrait avoir

-> Certains qui ont voté Ali et Champagne changent leur vote au second tour après avoir donné leur position au premier. Avec un peu de chance, beaucoup de voix d'Ali arrivent vers Infantino et il est élu avec 104 voix (il lui en manque 16).

-> Tout le monde vote pareil et on se retrouve exactement au même point. Le dernier (Champagne) est alors éliminé. Le Prince Ali doit alors décider entre continuer sur un 3e tour (et un possible 4e) ou se retirer. S'il se retire, ce sera "la grande finale" entre Salman et Infantino.

16h30: ET Jérôme Champagne ne se retire pas. Merci mon grand, tu viens de faire perdre 3 heures entières à la planète.


On est reparti pour un vote.

16h25: Donc pour info, comment dire. Deux tours, ça nous amène à 19h. Trois tours, à 22h. Quatre tours, à 1h du matin...
16h20: Si on fait une projection assez simple, on pourrait même aller jusqu'à un quatrième tour, puisque les 7 voix des Champagne ne suffiraient pas à obtenir 104 pour l'un des deux candidats en tête.

16h16: Donc maintenant qu'est-ce qu'il se passe?

-> On va au deuxième tour, tout le monde revote

-> On aura un président s'il un candidat obtient, cette fois, 50% des votes, c'est à dire 104 voix

-> Si ce n'est pas le cas, on part pour un troisième tour (!) en éliminant le 4e candidat le plus mal classé

-> Un ou plusieurs des candidats peut se retirer à tout moment pour simplifier l'affaire

16h14: Il y aura donc un second tour puisque personne n'a obtenu 2/3 des votes. Les quatre candidats restent en course.
16h12: Le Prince Ali fait 27 et Champagne fait 7
16h10: 88 à 85 pour Gianni Infantino devant Cheick Salman ! 
16h09: Tout le monde a voté ! C'est pas les régionales !
16h08: C'est l'heure ! 
16h05: On arrive sur la fin du dépouillement. On va enfin (ne pas) savoir.

trebeb | 26.02.2016 à 14:02

Du coup elle sert a quoi leur télécommande du début du live ? Ils ont l'air de bien se faire dans le compliquer la fifa

>> Ouais. Surtout qu'on a vraiment l'impression d'avoir perdu deux heures dans l'affaire. Mais c'est comme ça la démocratie. On peut on est sûr qu'il y a pas de malversations.

15h55: A priori on devrait pas avoir un élu au premier tour, en grande partie parce que le Prince Ali aura quelques votes. Donc on devrait logquement avoir un nouveau vite. Qui lui aussi devrait prendre 1h30. Ouais, ouais, ouais...
15h52: On enchaîne les gros plans entre Infantino et le cheick Salman. La tension monte ! 

15h45: On est dans la phase de dépouillement.

 

15h40: LE VOTE EST TERMINE ! 
15h35: Yémen ! On a jamais été aussi proche de la fin. De nos vies. Réflechissez bien à ça.
15h14: On en est au Rwanda...
14h30: A VOTÉ !
Noël le Graet
Noël le Graet - Capture d'écran

 

14h10: Donc on en est encore au A. Je vous propose de faire une petite pause et de se retrouver ici d'ici quelques temps.

14h05: OK Alors selon la Fifa, chaque tour de vote dure environ 1h40. Bordel on n'est pas couché.

 

14h00: 

 

13h55: Voilà le vote est lancé. Vu qu'on fait les pays deux par deux (il y a deux isoloirs), il va y en avoir pour un petit moment.

13h50: On va passer au vote d'ici quelques minutes. Pour l'instant on nous explique comment le voter va fonctionner. Mais vous savez, puisqu'on vous a déjà expliqué par ici.

 

13h45: Il se retire ! A la fin de tout son discours il décide finalement de retirer sa candidature. Quel panache ! Il m'a fait bien kiffer.

«Je vous laisse avec quatre candidats. C'est votre problème maintenant.»

13h40: C'est le plus frais des candidats. Il fait des vannes et nous présente un petit powerpoint marrant en 4-4-2 avec ses idées. Je vous ai fait une petite capture.
Sexwale à la Fifa
Sexwale à la Fifa - Capture d'écran

 

 
13h38: Pour Sexwale, la question la «plus importante est celle d'Israel et de la Palestine», qui doit être résolue (au moins au niveau du football).

13h35: On passe à Tokyo Sexwale, le dernier candidat.

Tokyo Sexwale (62 ans, Afrique du sud)

Qui est-il ? 

Le Sud-Africain est plus connu dans ses activités politiques et industrielles que dans les arcanes du football mondial. Engagé dans la lutte contre l’Apartheid dès les années 60, il a été emprisonné en 1977 dans les geôles de Robben Island, où il a passé 13 ans aux côtés notamment de Nelson Mandela. Brièvement ministre au milieu des années 90, il s’est ensuite consacré à une activité bien plus rentable : les mines de diamants. Mosima Gabriel Sexwale, surnommé Tokyo quand il était jeune en raison de son amour pour le karaté, y a fait fortune, investissant par la suite avec sa société New Bond Capital dans les secteurs des mines, de la santé, de la finance et de l’immobilier. A 62 ans, il est aujourd’hui l’ un des hommes les plus riches de son pays avec une fortune estimée à plus de 200 millions d’euros.

Ses atouts

Même lui semble encore les chercher. Son image de combattant des discriminations - il a été nommé en 2015 président du Comité de surveillance de la Fifa pour Israël et la Palestine et il fait partie du comité anti-racisme et anti-discrimination - est aussi louable que légère pour aborder cette élection.

Ses projets de réformes

Hormis le projet de bannir les sponsors des maillots des équipes nationales, on n’a pas trouvé grand-chose.

Ses soutiens

Environ personne. Sa propre fédération, agacée par sa discrétion, ne devrait pas voter pour lui.

Ses casseroles

Sa seule expérience dans le football, quand il a été nommé membre du comité d’organisation de la Coupe du monde 2010, lui a valu d’être entendu en tant que témoin devant un grand jury par le FBI en décembre dernier. L’objet ? Un paiement suspect de 10 millions de dollars (environ 9 millions d’euros) au vice-président de la Fédération internationale de l’époque, Jack Warner (banni à vie depuis) en provenance d’Afrique du Sud. Dans ses affaires privées, il est soupçonné d’avoir touché des pots de vin lors du rachat d’Uramin par Areva, afin de favoriser l’obtention d’un marché de 12 EPR en Afrique du Sud.

Chance de victoire : 0 %.

13h34: C'est fini pour Infantino, très présidentiable dans ce discours. Meme si ça ne changera pas grand-chose pour les votes.
13h30: Pas mal d'applaudissements dans la salle pendant son discours. J'ai l'impression qu'il fait son petit effet, notre chauve préféré.
13h27: Et il nous claque un jeu de mot sur «Ocean's eleven», les 11 voix de l'Océanie. Quel génie. En tant que président de la Fédération des lives de 20minutes, je lui donne mon vote direct.

13h25: Bon son discours ressemble au solo de batterie dans Whiplash à peu près. Il part en saucisse en changeant de langue à peu près à chaque phrase, on le tient plus.

 

13h20: Gianni Infantino est au micro. The Subsitute de Michel Platini. Il représente l'Europe (et l'UEFA) aujourd'hui et va se battre jusqu'au dernier vote avec le Cheik Salman pour devenir le prochain président de la Fifa.

Gianni Infantino (45 ans, Italie-Suisse)

Qui est-il ? 

Jusqu’à il y a quelques mois, Infantino, juriste italo-suisse de 45 ans, n’était pour beaucoup que l’homme chauve qui parle beaucoup mais qu’on n’écoute pas trop lors des tirages au sort des coupes d’Europe. Mais ça, c’était avant. Avant que Michel Platini, dont il était le bras droit à l’UEFA malgré sa propension à supporter l’Inter Milan, ne soit emporté par la vague de scandales de corruption qui a touché la Fifa. Voilà désormais ce père de quatre filles, né à Brigue, dans le Haut-Valais, à une dizaine de kilomètres du village natal Sepp Blatter, en bonne position pour succéder à son compatriote.

Ses atouts

Le Suisse a le sens du contact. Polyglotte (anglais, français, allemand, espagnol et italien), il s’est construit un réseau solide depuis son entrée à l’UEFA, en 2000, au poste de chargé des questions juridiques et commerciales. Il a la réputation d’être un homme de confiance et sa participation à la commission des réformes de la Fifa n’est pas passée inaperçue.

Ses soutiens

Ils sont très nombreux. L’Europe et ses 53 voix, évidemment. La Concacaf (35 voix) et la confédération sud-américaine (10 voix) ne se sont pas officiellement exprimées mais elles se rangent traditionnellement derrière le candidat européen. En fait, le gros enjeu pour le Suisse est l’Afrique, dont les 54 voix sont censées aller au Cheick Salman. Infantino y a passé beaucoup de temps ces dernières semaines pour arracher quelques votes.

Ses projets de réformes

Il a repris beaucoup d’idées du comité des réformes, auquel il appartenait. Ainsi, il souhaite la création d’un nouveau comité exécutif de la Fifa, la limitation du nombre de mandats pour les membres (président compris) et la nomination de personnalités indépendantes dans les différents comités de la Fédération. L’une de ses grandes réformes concerne la Coupe du monde. Infantino prône le passage à 40 nations qualifiées pour une compétition qui aurait lieu dans plusieurs pays.

Ses casseroles

Peu exposé jusqu’à présent, aucun gros dossier ne lui pend au nez. En tout cas directement. Son adversaire Jérôme Champagne a relevé récemment, sans nommer Infantino, quelques affaires de corruption présumée à l’UEFA pendant le mandat de ce dernier. Par exemple, des cas de matchs truqués en Turquie en 2011 et en Grèce en 2015, ou des soupçons d’arrangement lors de l’attribution de l’Euro 2012. En interne, Infantino a seulement fait grincer quelques dents parmi les proches de Platini à l’UEFA en faisant « beaucoup de politique », selon l’un d’entre eux. Et pas dans le meilleur sens du terme.

Chance de victoire : 49 %.

13h15: Pour l'instant, pour résumer ça donne cette impression-là

-> Prince Ali: sincérité et passion

-> Cheick Salman: Grosse confiance en lui («Mon CV parle pour moi»), limite trop même

-> Jérôme Champagne: le bon élève

13h10: Jérôme Champagne veut une Fifa plus «féminine». C'est un vrai challenge pour la Fifa, qui en a beaucoup parlé depuis ce matin, mais on attend de voir ça dans les actes.

13h05: On passe à notre français du jour. Michel Plat... ah non, autant pour nous. C'est ce bon vieux Jérôme Champagne.

Jérôme Champagne (57 ans, France)

Qui est-il ? 

On ne peut pas dire qu’il ait le profil de l’homme neuf à la Fifa. Entré à la Fédération internationale en 1999 en tant que conseiller du président Blatter, ce diplomate de formation a ensuite occupé les fonctions de secrétaire général adjoint, délégué du président et directeur des relations internationales, jusqu’en 2010. Ces dernières années, il s’était éloigné du monde du foot, avant de tenter de revenir par la très (trop ?) grande porte en mai dernier. Champagne, 57 ans, était en effet le candidat surprise à l’élection du président de la Fifa, mais il avait finalement dû renoncer faute de parrainages. Passionné par la voile, les Verts (il était présent à Glasgow un triste soir de 1976) et le Barça (il a sa carte de socio), il est un peu le monsieur Loyal de cette élection.

Ses atouts

Contrairement à ce que beaucoup pensent, lui assure que son passé à la Fifa plaide en sa faveur. « Pour mener les réformes, il faut connaître l’institution de l’intérieur », dit-il. Candidat indépendant, mais peut-être un peu trop…

Ses soutiens

Pelé, qui a connu Jérôme Champagne quand ce dernier était diplomate au Brésil dans les années 80, tient pour lui. Problème, l’ancienne gloire du foot ne vote pas. A priori aucune fédération n’a prévu de mettre son nom dans l’urne. Même pas la France, qui «l’emmerde» et lui préfère Infantino.

Ses projets de réformes

Aucun. Mais il a une bonne raison. « Une seule réforme ne suffira pas. Voilà pourquoi je ne propose pas de réformes mais des engagements », a assuré Jérôme Champagne, dont les priorités sont : « Adapter la gouvernance de la Fifa aux réalités d’aujourd’hui, appliquer les plus hauts standards de transparence et d’éthique, moderniser l’administration, augmenter la présence des femmes et associer les joueurs, les clubs et les ligues en créant une division du football professionnel. »

Ses casseroles

Aucune, si ce n’est qu’il fut le bras droit de Blatter. Mais comme il le dit si bien : « Le prince Ali a été élu vice-président de la FIFA grâce à Sepp Blatter. Le cheikh Salman a été élu président de l’AFC grâce à Sepp Blatter. Tokyo Sexwale a été nommé responsable de la task force contre le racisme par Sepp Blatter. Donc ça n’est pas une question de Monsieur Blatter ou pas. Moi, j’ai travaillé pendant onze ans à la FIFA, mais je n’ai pas honte de ces années-là. Pourquoi ? Parce que je ne me suis jamais occupé des questions financières et commerciales. » En même temps, pas facile d’avoir assisté à un quelconque match de district ces 30 dernières années sans avoir été en lien avec l'omnipotent futur ex-président de la Fifa.

Chance de victoire : 0 %.

13h: Bon, c'est pas passionnant passionnant ces discours. Surtout quand on sait que tout le monde a déjà décidé pour qui il allait voter. C'est plus pour la forme qu'atre chose.

12h56: Voici sa présentation. Pour info, il ne parle pas assez fort au micro, c'est un vrai problème.

Cheikh Salman (50 ans, Bahreïn)

Qui est-il ? 

Le cheikh Salman ben Ibrahim Al-Khalifa, de son nom complet, vient du Barhein. Peu connu en Europe avant de se lancer dans cette course à la présidence, il apparaît aujourd’hui comme le grand rival d’Infantino. Membre de la famille royale de l’Emirat, ce grand fan de Manchester United est entré dans le monde du football par le terrain, dans les années 80. Joueur modeste, il a commencé à gravir les échelons au sein de sa Fédération nationale au cours des années 90, jusqu’à en devenir le président en 2002. En 2013, ce père de trois enfants s’est présenté avec succès à la présidence de la puissante Confédération asiatique (AFC) et dispose depuis 2015 d’un siège de vice-président à la Fifa.

Ses atouts

Sa réputation. Le cheikh Salman a succédé à la tête de l’AFC au sulfureux Mohammed Bin Hammam, radié à vie pour corruption. Inutile de dire qu’il a fallu travailler dur pour redresser la Confédération asiatique. Son approche a été largement saluée, et son image de « nettoyeur » est évidemment un gros plus quand on brigue la tête d’une institution ébranlée par les scandales.

Ses projets de réformes

Pour lui, la transparence passe par la séparation de la Fifa en deux entités distinctes. D’un côté, la « Fifa football », qui aurait pour mission de gérer les compétitions organisées par la Fédération internationale (Coupe du monde, Mondial des clubs, etc.). De l’autre, la « Fifa business », chargée de toutes les questions de marketing, de sponsoring et de droits télé. « C’est uniquement en séparant strictement l’origine des fonds et en supervisant chaque dépense que nous pourrons garantir la renaissance d’une nouvelle Fifa qui rende réellement des comptes et qui soit digne du respect de chacun », assène-t-il. Pour le reste, le Cheikh propose, comme son adversaire de l’UEFA, une Coupe du monde à 40… et de réformer la durée des matchs. Il défend l’idée d’un temps de jeu effectif (avec arrêt du chronomètre mais sans temps additionnel) pour un match de football de 80 minutes, comme c’est le cas au rugby.

Ses casseroles

L’élection approchant, le Cheikh a subi quelques charges. Un député anglais a par exemple évoqué mercredi les accusations qui portent sur lui quant à une négociation sous forme d’aide au développement pour gagner le soutien du Kirghizistan à son élection à la tête de l’AFC en 2013. La semaine passée, c’est Sky News qui le mettait en cause dans une histoire de match truqué entre Bahreïn et le Togo en 2010. Le Cheikh Salman aurait été en lien à l’époque avec Wilson Raj Perumal, un Singapourien de 49 ans connu pour être le plus grand truqueur de matchs de football du monde.

Les critiques dont il fait l’objet dépassent parfois le cadre du football. Par exemple avec son implication supposée - qu’il réfute - dans la répression du soulèvement chiite de 2011 à Bahreïn. « D’affreux mensonges », a-t-il toujours répondu, face aux personnes lui reprochant de ne pas avoir protégé des sportifs bahreïnis inquiétés après avoir participé aux manifestations.

Ses soutiens

L’appui de sa Confédération ne fait aucun doute. Les 46 voix de l’AFC lui sont acquises, tout comme les 54 de l’Afrique. Enfin, officiellement… La CAF a réitéré son appel à voter pour lui cette semaine, mais des dissidences en faveur d’Infantino sont plus que probables. La question est : dans quelle mesure ?

Chance de victoire : 50 %.

12h54: On passe au Cheick Salman, le GRAND favori de cette élection.
12h52: C'est fini pour le Prince Ali, assez modérement applaudi par le congrès malgré un discours plein de bonne volonté. Moi il m'a l'air sympathique.

12h48: «Le passé de la Fifa ne doit pas détruire son futur», Prince Ali

 

12h45: On vous rappelle la petite présentation qu'on a faite de ce candidat:

Prince Ali (40 ans, Jordanie)

Qui est-il ? 

Un homme de puissante famille, déjà. Le Prince Ali de Jordanie est le troisième fils de l’ancien roi Hussein, et le demi-frère de l’actuel roi Abdallah II. Vice-président de la FIFA pour l’Asie depuis 2011, il dirige également depuis 1999 la Fédération jordanienne de football. Âgé de 40 ans, ce supporter d’Arsenal possède le rang de général dans l’armée jordanienne. Rien de plus logique pour ce grand fan de lutte-gréco-romaine, lui-même lutteur d’exception, champion de l’université de Salisbury, dans le Connecticut, lors de sa scolarité américaine. Marié depuis 2004 à l’ex-journaliste algérienne Rym Brahimi, le prince Ali est père d’une fille et d’un garçon.

Ses atouts

Son principal atout est également son plus gros désavantage dans cette course à la présidence. Le Prince Ali bénéficie d’une solide image d’homme intègre. C’est lui, notamment, qui avait mené la fronde contre Sepp Blatter en mai dernier. Une position qui lui a valu de se faire quelques ennemis dans le milieu… Fidèle à ses principes, le Jordanien a tenté de faire repousser l’élection de vendredi afin d’obtenir la mise en place d’un isoloir transparent. Une demande retoquée par le TAS.

Ses projets de réformes

Il souhaite qu’elles soient « nombreuses », mais l’on n’en connaît pas les détails. En revanche, il est le seul à avoir promis que s’il était élu, il ferait publier dans son intégralité l’explosif rapport Garcia sur la corruption au sein de la Fifa.

Ses soutiens

On a bien cherché, jusqu’au fond d’Internet. Aucune trace d’un soutien officiel d’une confédération. Mais l’Iraq l’appuie officiellement. Et sans doute la Jordanie, sa propre fédé. Et il a fait 73 votes en 2015, donc il doit bien lui en rester quelques-uns.

Ses casseroles

On a bien cherché, jusqu’au fond d’Internet. Aucune trace de trafic d’influence, de corruption, de quoi que ce soit en fait.

12h42: Place aux discours des candidats. C'est le Prince Ali qui s'y colle en preums.
12h40: Petit rappel, si vous voulez suivre en direct, c'est par là
12h30: Voilà voilà ! Ils sont de retour et on passe direct à l'élection du président !

12h15: Bon la pause déj va bientôt être finie, tout le monde a terminé son panini-frites on va pouvoir enchaîner. A priori, la suite du programme c'est:

-> Elections des remplaçants des membres des organes juridictionnels

-> Election du président

Ca devrait aller un peu plus vite donc...

11h35: Voici donc les réformes adoptées:
 

La Fifa, réunie en congrès, a adopté vendredi un volet de réformes pour tenter de restaurer la crédibilité de l'institution secouée par la pire crise de son histoire.

Ces réformes visent essentiellement a améliorer la gouvernance avec une limitation à 12 ans du cumul des mandats du président et un contrôle de l'intégrité des élus. Elles visent aussi à augmenter la transparence des flux financiers et des rémunérations.

Ces propositions ont été élaborées par une commission de réformes placée sous la présidence de François Carrard, avocat lausannois et ancien directeur général du Comité international olympique qui avait conduit la même mission quand le CIO avait été confronté à un vaste scandale de corruption au début des années 2000.

 

Les principales réformes adoptées:

. Limitation à trois mandats de quatre ans, soit douze ans au maximum, pour le président de la Fifa et tous les autres hauts responsables (membres du Conseil de la Fifa nouvellement créé, de la Commission d'audit et de conformité et des organes juridictionnels).

. Séparation des fonctions politiques et de management. D'un côté, le Conseil de la Fifa, remplaçant l'actuel Comité exécutif, sera chargé de définir la stratégie de la Fifa. De l'autre, le secrétariat général mettra en oeuvre les décisions du Conseil. Objectif: éviter les conflits d'intérêt.

. Election des membres du Conseil de la Fifa par les fédérations après des "contrôles d'intégrité poussés" de la part d'une Commission de contrôle, également créée pour l'occasion. Le nombre de membres du Conseil sera porté à 36 (contre 24 au Comité exécutif).

. Publication des revenus du président de la Fifa et tous les autres hauts responsables (membres du Conseil de la Fifa, de la Commission d'audit et de conformité et des organes juridictionnels). Réduction du nombre de commissions de 26 à 9, mais création d'une commission réunissant les partenaires (représentants des clubs, des joueurs, des ligues, etc...)

. Renforcement de la présence des femmes dans la gouvernance, avec au moins une femme élue au Conseil par chaque confédération.

11h30: C'est la pause à la Fifa ! Une heure pour aller manger. On va du coup faire une pause nous aussi. C'est cet aprem que sera élu le nouveau président.

 

11h25: C'est voté !

11h15: Voici une video (en anglais) pour comprendre toutes les réformes. La Fifa a "entendu" le monde et se prépare à changer, explique-t-on. L'idée est de protéger contre une présidence omnipotente comme a pu l'êter celle de Sepp Blatter.

 

11h10: Voilà à peu près ce que pourrait donner les réformes:

• Séparation claire entre les fonctions "politiques" et de management : Le Conseil de la FIFA (remplaçant l’actuel Comité Exécutif de la FIFA) sera chargé d’établir l’orientation stratégique générale de l’organisation, tandis que le Secrétariat Général supervisera les activités opérationnelles et commerciales requises afin de mener cette stratégie à bien.

• Mandats limités pour le Président de la FIFA, les membres du Conseil de la FIFA, les membres de la Commission d’Audit et de Conformité et les organes juridictionnels (12 ans maximum).

• L’élection des membres du Conseil sera supervisée par la FIFA, conformément au règlement électoral de la FIFA ; tous les candidats seront soumis à des contrôles poussés d’éligibilité et d’intégrité, conduits par une Commission de Contrôle indépendante de la FIFA.

• Une plus grande reconnaissance et promotion des femmes dans le football, avec au moins une femme élue comme membre du Conseil au sein de chaque confédération ; promotion des femmes en réponse à un objectif statutaire explicite de la FIFA visant à diversifier l’environnement et la culture des prises de décision.

• Divulgation individuelle des rémunérations annuelles du Président de la FIFA, de tous les membres du Conseil de la FIFA, du Secrétaire Général et des responsables des organes indépendants et des commissions juridiques appropriés.    

Contrôle renforcé des mouvements financiers.

Principes universels de bonne gouvernance pour les confédérations et les associations membres.

• L’engagement de la FIFA envers les droits de l’Homme sera inscrit dans les Statuts de la FIFA.

• Création d’une Commission des Acteurs du Football afin d’assurer une plus grande transparence et une meilleure intégration grâce à une représentation plus large de toutes les parties prenantes (dont les joueurs, les clubs et les ligues).

11h05: Sachez pour ifo qu'il y a 400 journalistes accrédités à ce congrès de la Fifa.
11h: J'ai moi-même suivi mon propre conseil et je suis parti me chercher un café. Du coup, je ne sais plus du tout où on en est.

10h45: On arrive au Grand 8: Reformes organisationnelles de la Fifa.

Vaste programme. Je propose la première loi: arrêter tout ce qui est corruption. Voilà, merci de m'avoir donné la parole.

10h38: Ce powerpoint qu'ils passent dans la salle du congrès est absolument génial. "Et pourquoi que ça va pas à la Fifa?"

 

-> Bah parce qu'on a les Fédéraux au cul depuis 1 an

-> Parce que les médias nous pourrissent

-> Parce qu'on a perdu un demi milliard

-> Parce que les employés sont un peu malheureux de travailler dans un tel contexte.

La Fifa, c'est quand même un monde à part.

 

10h34: Alors nuançons, chers amis. Ils sont en deficit par rapport à un budget prévu, ça ne veut pas dire qu'ils ont perdu tant de pognon que ça. Le Fifa est une des organisations les plus lucratives au monde.


Et puis quand on pense qu'ils ont invité plus de 200 délégations, entre l'hôtel et le billet d'avion, ça va nous faire une sacré note de frais tout ça.

10h30: La Fifa serait en déficit. Selon le secrétaine général Kattner, il manquerait environ 500 millions de dollars dans les caisse de l'organisme dans les prévisions du budget 2015-2018. Une paille.

10h25: Très intéressant ce discours d'Hayatou. Je crois pouvoir vous autoriser sans prendre trop de risque à choisir ce moment pour:

- faire votre pause pipi

- fumer une clope

- aller vous chercher un café

- lire notre article sur les Pokemon

10h15: Si vous n'arrivez pas à suivre, sachez qu'on en est au point 5 de l'ordre du jour, qui s'appelle justement "approbation de l'ordre du jour". Ca devrait aller vite.
Ordre du jour à la fifa
Ordre du jour à la fifa - capture d'écran

 

10h10: C'est voté ! Le Koweït et l'Indonésie sont privés de vote. Sans surprise. Il n'y aura donc que 207 votants.
10h: Le Koweït et l'Indonésie sont présents dans la salle. On ne sait pas encore s'ils vont être privés de vote pour des histoires de malversations internes. Mais ils sont là, comme la France et Noël le Graët.
9h58: Le Bouthan est la, la Bolivie est là, le Bengladesh aussi. Trop bien on fait l'appel, comme à l'école. Bon il y a 209 pays quand même, on est pas sortis.
9h56: Tout au long de la journée, n'hésitez pas à nous poser des questions en commentaires, sur facebook (20minutes Sport) ou sur Twitter (@20minutesSport). On fera de notre mieux pour y répondre.

9h55: Et bon sang à la deuxième question test: "Est-ce que l'Argentine a gagné la Coupe du monde 2014", 9% ont répondu "oui".

 

Je n'ai plus de mots. Et il est 9h46.

9h55: OK, on sait rigoler à la Fifa. Pour tester les télécommandes de vote données aux membres, on a posé une question dans la salle "est-ce que la Russie va être l'hôte de la Coupe du monde 2018". 95% de la salle a répondu oui.

Ce qui veut dire que 5% des gens présents dans la salle ont soit:

- pas reçu cette information

- ont décidé de jouer aux cons toute la journée

- ne savent pas appuyer sur une télécommande à trois boutons


 

Je sais pas quel est le plus inquiétant.

9h50: Le président intérimaire Hayatou prend la parole
9h45: 

 

9h40: Voilà le début du congrès ! On y est ! 

9h30: Voilà le programme de cette longue journée prévue à la Fifa

Ordre du jour à la fifa
Ordre du jour à la fifa - capture d'écran
9h20: D'ici une vingtaine de minute, le congrès va débuter. On en profite pour vous rappeler qui sont les forces en présence de cette élection.
9h10: La Fédération australienne de football va voter pour le Prince Ali à l'élection du nouveau président de la Fifa appelé à succéder à Joseph Blatter, vendredi à Zurich, plutôt que pour le cheikh Salman, le président bahreïni de la Confédération asiatique (AFC) à laquelle elle appartient pourtant, a annoncé la FFA.

9h: En attendant, je vous propose de regarder ce petit débat fictif entre les candidats que notre service vidéo a réalisé. C'est fort instructif.

 

8h45: La salle continue de se remplir tranquillement. Sont pas pressés de reformer les types.
8h30: Pour tout savoir sur cette élection, on vous a préparé un petit mode d'emploi de la journée. C'est très instructif et c'est à lire ici.

8h26: Petites infos au passage: Le Canada avec Infantino, les Etats-Unis avec le Prince Ali

Le Canada soutiendra l'Italo-Suisse Gianni Infantino et les Etats-Unis le Prince jordanien Ali lors du vote des fédérations appelées à élire vendredi le nouveau président de la Fifa, instance suprême du ballon rond, ont annoncé séparément jeudi les deux fédérations nationales.

La fédération américaine «va voter pour Ali au titre de président de la Fifa», a indiqué sur Twitter le président de US Soccer, Sunil Gulati, après avoir précisé que les responsables américains avaient eu de «bonnes entrevues avec les cinq candidats au poste ce soir à Zurich».

8h23: Comme vous pouvez le constater, pour l'instant tous les membres de la Fifa ne sont pas encore arrivés dans la salle, donc on va gentiment monter en régime tout au long de la journée.

8h20: Le stream est disponible sur la site de la fifa, ou directement sur Youtube.

 

8h15: Par souci d'honnêteté on doit vous prévenir tout de suite, l'élection en elle-même n'aura pas lieu avant cet après-midi voir le début de soirée. Mais il y aura une longue journée de discussions, de votes et de réformes qui sont tout aussi importantes que l'élection d'un nouveau président.
8h10: Bonjour à tous et bienvenue sur 20minutes pour suivre en direct  l'élection du nouveau président de la Fifa.

18 ans après l'élection de Sepp Blatter, la Fifa aura un nouveau président vendredi. Réunis en congrès extraordinaire à Zürich, les présidents de fédération doivent trancher entre cinq candidats pour succéder au Suisse, contraint à la démission par les nombreux scandales qui ont frappé l'institution. Si un Français, Jérôme Champagne, est bien candidat malgré le forfait de Michel Platini, les favoris sont le secrétaire général de l'UEFA Gianni Infantino et le président de la Confédération asiatique de football, le Cheick Salman. Autant dire que ça devrait encore bien discuter d'ici le vote.

>> Histoire de rester en haleine toute la journée, venez suivre l'élection du nouveau président de la Fifa en notre compagnie à partir de 8h.