Angleterre: Arsène Wenger écoute du Bob Marley en allant à l’entraînement

FOOTBALL « I shot the sheriff, but I didn’t shoot the deputy »…

B.V.

— 

Arsène Wenger pas content de la prestation d'Arsenal contre l'Olympiakos (2-3) en Ligue des champions, le 29 septembre 2015 à l'Emirates Stadium.
Arsène Wenger pas content de la prestation d'Arsenal contre l'Olympiakos (2-3) en Ligue des champions, le 29 septembre 2015 à l'Emirates Stadium. — Joe Toth/BPI/REX Shutte/SIPA

C’est vendredi, donnons un peu de légèreté à l’actualité avant le week-end. Dans un entretien au Parisien, l’entraîneur d’Arsenal Arsène Wenger a fait une confidence plutôt surprenante : il écoute du Bob Marley en allant tous les matins au centre d’entraînement des Gunners. Lui qu’on imaginait plutôt membre de la team Michel Jonasz, Bernard Lavilliers voire Eddy Mitchell, est en réalité grand fan du roi du reggae.

« J’adore sa musique et l’homme qu’il était, précise Wenger. Ce n’était pas un "fabriqué", il était authentique. J’aime les gars qui ne sont pas dans les filières conventionnelles et sortent du lot grâce à leur talent. Raymond Devos et Pierre Desproges font partie de mes comiques préférés. »

« L’air du mec constipé »

Et quand on lui dit que ça a forcément de quoi surprendre, il répond : « C’est vrai, c’est un aspect de ma personnalité que les gens ne connaissent pas. Avec mon métier, je suis souvent stressé, alors j’ai un peu l’air du mec constipé. Mais j’aime rigoler quand je suis avec des amis et me laisser aller à des traits d’humour, ce que je ne peux pas faire devant les médias. »

Get up, stand up : stand up for your right Arsène.