Sextape de Valbuena: Ce qu'a dit Benzema dans le bureau du juge

FOOTBALL «Le Monde» publie sur son site l'essentiel de l'interrogatoire de Benzema par la juge Nathalie Boutard, le 5 novembre...

N.C.

— 

Karim Benzema à la sortie de son audition à Versailles, le 5 novembre 2015.
Karim Benzema à la sortie de son audition à Versailles, le 5 novembre 2015. — MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

Mis en examen pour « complicité de tentative de chantage » dans l’affaire de la sextape de Valbuena, Karim Benzema doit s’exprimer pour la première fois ce mercredi soir, au journal de 20h de TF1. Une intervention qui devrait être courte, et ne pas aborder le fond du dossier, selon L’Express. De son côté Le Monde publie mercredi matin l’essentiel des déclarations de l’attaquant du Real Madrid lors de son interrogatoire à la juge de Versailles Nathalie Boutard, le 5 novembre.

Il y est question de son ami Karim Zenati, de la manière dont il a eu connaissance de l’existence de la vidéo, de ce qu’il a dit exactement à Valbuena et de son rôle. Voilà quelques phrases que l’on peut retenir de cet interrogatoire.

Sur ses liens avec Karim Zenati

« C’est mon ami, un très bon ami, comme un frère. Oui, c’est un ami d’enfance. Il est employé dans ma société. Je ne sais plus à quel poste il est, mais c’est en lien avec l’association. Je ne connais pas les statuts de la société ».

Sur sa rencontre à Madrid avec « une personne », celle qui était en possession de la vidéo :

« Il m’offre le coussin [Vuitton], il s’assoit, il me dit bonjour, mais je ne l’écoutais pas, car je ne le connais pas. Il dit qu’il existe une vidéo sur Mathieu Valbuena, une vidéo chaude. Je ne l’ai pas invité, il est venu de lui-même, il connaît Karim. Ensuite, je n’ai pas eu d’autres contacts avec cette personne, c’est la seule fois où je l’ai vue ».

Sur la manière dont il rigole de la situation avec Karim Zenati, et le fait d’avoir menti à Valbuena :

« C’est même pas dans ce délire que je rentre. C’est juste qu’il est mal à l’aise, grave mal à l’aise. Je ne sais pas pourquoi on rigole comme ça, parce que c’est pas bien. La vidéo, je ne l’ai pas vue. J’ai dit que je l’avais vue, mais ce n’est pas vrai. Je me suis fait un film là-dessus, et voilà (…) Après, "tarlouze", on peut le dire à tout le monde, à ses amis, à ses potes. Pour moi, pour la nouvelle génération, c’est amical ».

Sur son comportement envers Valbuena :

« On est joueurs de foot. Je le connais, ça fait longtemps que je le connais. Ce qui s’est passé, c’est un truc pourri, c’est n’importe quoi ».

Sur ses réelles intentions dans cette histoire :

« Je parle de l’aide, que de l’aide qu’il peut avoir par mon ami Karim et de mon aide. Je ne parle vraiment pas d’autre chose. Vous pouvez écouter toutes mes conversations, parfois au téléphone, j’abuse un peu, je déconne. Je ne parle que d’aide. Je n’avais pas autre chose derrière la tête ».