Attaqué par Drahi, Canal+ pourra-t-il se remettre de la perte de la Premier League?

FOOTBALL La chaîne cryptée va perdre les droits du championnat anglais, le seul qu'elle possédait encore en exclusivité...

A.M. avec AFP

— 

Patrick Drahi à Paris le 24 juin 2015
Patrick Drahi à Paris le 24 juin 2015 — Miguel Medina AFP

Guerre des droits télés, épisode 678. La bataille que se livrent les magnats des médias français a pris une nouvelle dimensionce  jeudi, le groupe de Patrick Drahi, Altice, chippant à Canal+ les droits de diffusion du très suivi championnat d'Angleterre de football. «Celui qui est aussi propriétaire de [l'opérateur de télécoms] SFR et en passe d'entrer au capital de RMC et BFMTV, a acquis les droits de la Premier League, pour le marché français», a révélé jeudi le journal L'Equipe.

Altice «a mis sur la table plus de 300 millions d'euros pour remporter les droits de diffusion de la Premier League pour les trois saisons de 2016 à 2019», croit savoir de son côté le quotidien économique Les Echos. Une somme «bien supérieure aux 190 millions d'euros payés par Canal+ pour les trois saisons se terminant à l'été 2016», selon ce journal.

Altice se refuse «pour l'instant à tout commentaire»

Altice, qui, le 13 novembre, s'est offert comme «ambassadeur de ses marques» (SFR et tout le groupe Altice), l'attaquant du Real de Madrid et capitaine de l'équipe du Portugal, Cristiano Ronaldo, a confirmé l'information au Parisien. Canal+ a de son côté décliné les sollicitations. Mais la Premier League a confirmé l'information.

La perte des droits de la Premier League, le seul championnat européen que Canal+ possédait encore en exclusivité, représente un revers cinglant pour la chaîne, propriété de Vivendi du magnat Vincent Bolloré. Déjà bousculé par la concurrence du géant américain de la vidéo à la demande par abonnement Netflix sur le cinéma, Canal+ a aussi dû faire face aux assauts de BeIn Sports.

 

Depuis ses débuts en 2012, la filiale du groupe qatari Al-Jazeera a raflé les droits d'une bonne partie de la Ligue des Champions et de la Ligue 1, ainsi que l'exclusivité sur les championnats de football espagnol, italien et allemand. Vincent Bolloré, l'actionnaire majoritaire de Vivendi, a récemment repris les rênes de Canal+ pour tenter de relancer le groupe. Il avait affirmé mi-novembre devant les salariés qu'il était «indispensable» de réinvestir dans le sport pour retenir ses abonnés. «Canal+ possède le meilleur de la Ligue 1, un match par semaine de la Ligue des Champions, le rugby français (Top 14) et la Formule 1 mais la Premier League anglaise est une offre clé», souligne une note d'analystes de Morgan Stanley.

Plus de Serie A ni de Bundesliga, plus de Pro A...

Cette déconvenue est d'autant plus surprenante, selon eux, que «la perte des droits sportifs sur le championnat de basket français [Pro A] et les championnats de football italien [Serie A] et allemand [Bundesliga] devraient avoir libéré des ressources» pour Bolloré. Cette opération représente aussi un nouvel épisode dans la guerre ouverte à laquelle se livre actuellement les grands groupes de médias et télécoms français.

Alors que Patrick Drahi, déjà propriétaire de Libération et du groupe L'Express, s'apprête à entrer au capital de NextRadioTV, et que Vincent Bolloré vient de prendre le contrôle de Canal+, le patron d'Iliad (Free) Xaviel Niel s'est récemment associé au banquier Matthieu Pigasse et au producteur télé Pierre-Antoine Capton, pour créer un fonds de plusieurs centaines de millions d'euros visant à racheter des médias.

Xavier Niel, également copropriétaire du groupe Le Monde, est aussi venu bousculer frontalement Vincent Bolloré en entrant fin octobre au capital de Telecom Italia, dans lequel Vivendi venait tout juste de renforcer sa participation. Pour Altice, le rachat des droits du foot anglais s'inscrit directement dans sa stratégie de convergence entre les télécoms et les contenus, notamment sportifs et documentaires.

Propriétaire de Ma Chaîne Sport, le groupe possédait déjà les droits exclusifs sur cinq ans des compétitions françaises de basket et les droits sur le championnat de foot brésilien. Avec la Premier League, le championnat le plus puissant et le plus suivi au monde, Altice pourrait donner un coup de fouet à Ma Chaîne Sport, dont l'exposition reste bien moindre que ses concurrents Canal+ et BeIn Sports.