JO 2020: Tokyo va renforcer la sécurité après les attentats de Paris

TERRORISME «Une fois de plus, cela montre à quel point la sécurité est une affaire difficile», a dit le ministre japonais chargé de la préparation...

N.C. avec AFP

— 

la cérémonie où Tokyo a dévoilé le logo des JO 2020, le 24 juillet 2015.
la cérémonie où Tokyo a dévoilé le logo des JO 2020, le 24 juillet 2015. — YOSHIKAZU TSUNO / AFP

Le ministre japonais chargé de la préparation des jeux olympiques de 2020, Toshiaki Endo, s'est engagé lundi à faire de la sécurité la «première priorité» après les attentats terroristes qui ont endeuillé Paris. «Une fois de plus, cela montre à quel point la sécurité est une affaire difficile», a déclaré M. Endo à la presse japonaise, dans une allusion aux attaques coordonnées qui ont coûté la vie à au moins 129 personnes.

«Jusqu'à présent, le Japon est perçu comme un pays suscitant peu de craintes pour la sécurité. Cependant les menaces terroristes se répandent à travers le monde», a ajouté le ministre. «La cyber-sécurité et les mesures anti-terroristes vont être la première priorité à l'approche des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo en 2020», a ajouté le ministre.

«Ces attentats terroristes vont nous motiver plus encore à renforcer nos défenses»

Le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga, a de son côté réitéré la détermination du Premier ministre Shinzo Abe à renforcer la sécurité avant les jeux mais également la coupe du monde de rugby de 2019 et le Sommet du G7 de l'an prochain dans l'ouest du pays. «Le gouvernement recueille des informations sur les menaces terroristes et prend toutes les mesures nécessaires pour renforcer la protection des frontières du pays», a déclaré M. Suga.

«Les mesures de sécurité comprendront bien sûr l'Ambassade de France, les sites et installations importants et les lieux de rassemblement», a précisé le porte-parole du gouvernement. «Ces attentats terroristes vont nous motiver plus encore à renforcer nos défenses», a-t-il affirmé. Les actes de terrorisme organisé contre des civils sont extrêmement rares au Japon. Treize personnes avaient été tuées en 1995 et des milliers intoxiquées dans un attentat au gaz sarin perpétré dans le métro de Tokyo par la secte japonaise Aum.