Kingsley Coman lors de Bayern-Arsenal, le 4 novembre 2015.
Kingsley Coman lors de Bayern-Arsenal, le 4 novembre 2015. — BPI/REX Shutterstock/SIPA

FOOTBALL

Equipe de France: Kingsley Coman, le joueur qui pige plus vite que les autres

Le joueur du Bayern pourrait connaître sa première sélection en équipe de France contre l'Allemagne...

« J’arrive avec l’intention de tout casser. Je sais ce que je veux et où je veux aller. » Pour sa première sous le chapiteau de Clairefontaine mardi, Kingsley Coman n’avait pas envie de se la jouer « petit jeune qui ne veut embêter personne ». Logique, quand à peine plus de 19 ans, on a déjà joué au PSG, à la Juventus Turin et que l’on régale depuis au Bayern Munich depuis cet été. Et si le milieu offensif était juste du genre à percuter plus vite que la moyenne de ses comparses, l’exemple typique du joueur fait pour le football de très haut niveau ? Explications.

Il a compris à gérer son (grand) talent

Kingsley Coman, c’est l’histoire du mec au-dessus de ses copains. C’est simple, l’intéressé a posé ses fesses dans les vestiaires de toutes les équipes de France, sans jamais souffrir du passage d’une catégorie à l’autre. « Des jeunes joueurs talentueux on a plein, mais le truc le plus difficile c’est de réussir à conserver sa marge sur les autres sur la durée, souligne Patrick Gonfalone, son sélectionneur en U16, U17 et U18. Kingsley, il y est parvenu car il se sait se débrouiller dans toutes les situations possibles sur un terrain. Il est sûr de son potentiel. »

De là à déjà lancer l’alerte énorme boulard ? « Sur le terrain, il n’est pas du genre à se la jouer comme une star, il défend comme tout le monde et plutôt bien. Non, il est juste lucide sur son niveau, glisse Gonfalone. Il avait quelques réticences sur sa capacité à briller avec les pros mais il a vite compris que ça ne servait à rien de douter. »

Il a compris les exigences de Pep Guardiola

Si vous jetez de temps en temps un œil aux matchs du Bayern Munich, l’imagination tactique de Pep Guardiola, entre schémas alambiqués et changements de postes inattendus, n’a pu vous échapper. Voir Kingsley Coman y enchaîner les matchs à 19 piges montre que l’ancien Parisien possède déjà une sacrée maturité footballistique.

 

« Le Bayern est un club qui ne recrute que lorsqu’il est sûr de lui à 100 %, raconte Marc Pfertzel, consultant beIN Sports, diffuseur exclusif de la Bundesliga. Guardiola l’a appelé pour venir le chercher, ça veut dire quelque chose. Coman a besoin de sentir une grosse confiance pour s’exprimer. Il l’a cherchée en vain au PSG et à la Juventus, il l’a trouvée en Allemagne. » « Il a toujours eu une très bonne lecture du jeu, poursuit son sélectionneur chez les Bleuets. Là au Bayern, on lui demande de jouer dans un certain rôle, celui de joueur de couloir, et il fait très bien parce qu’il est intelligent. »

Il a compris qu’il y avait une place à prendre chez les Bleus

Kingsley Coman dans la liste des 23 pour l’Euro ? L’idée n’est pas bête et l’incertitude qui entoure la présence de Karim Benzema et Mathieu Valbuena joue forcément en sa faveur. Sa conférence de presse, franche et intéressante, a montré que le jeune homme y songeait clairement. « Je ne pense pas que la pression et l’attente soient plus fortes en équipe de France que dans les grands clubs comme le Bayern Munich, glisse-t-il. J’ai une carte à jouer par rapport à mes qualités. Il n’y a pas beaucoup de joueurs à ce poste. » Comprendre que les ailiers pur jus capables de retourner leur couloir ne peuplent pas les allées de Clairefontaine.

« C’est un joueur qui va très vite en un contre un et qui n’hésite pas à provoquer même s’il a deux joueurs sur le paletot, souligne Marc Pfertzel. Je ne le qualifierais pas de dribbleur, mais il passe souvent en vitesse, quitte à pousser le ballon et à accélérer derrière. C’est aussi un bon passeur qui a le mérite d’être polyvalent, il peut jouer à droite et à gauche. » Ça commence à en faire des qualités.