Bordeaux: De Tavernost soutient Sagnol et «essaye de comprendre pourquoi on s'est mis en vrille»

FOOTBALL Les Girondins ne vont pas très bien depuis le début de saison...

N.C. avec AFP

— 

Willy Sagnol, Nicolas de Tavernost et Jean-Louis Triaud (de dr. à g.) le 6 novembre 2014 au Haillan, à Bordeaux.
Willy Sagnol, Nicolas de Tavernost et Jean-Louis Triaud (de dr. à g.) le 6 novembre 2014 au Haillan, à Bordeaux. — MEHDI FEDOUACH / AFP

Pas sûr qu'en lisant ça, Willy Sagnol soit très rassuré. Mais il vaut toujours mieux entendre ça que l'inverse. Alors que Bordeaux affronte Monaco ce dimanche soir, le président de M6 et propriétaire des Girondins, Nicolas de Tavernost, a assuré que Willy Sagnol, fragilisé par les mauvais résultats actuels de son équipe, avait le soutien de la direction. 

«Il n'y a pas de cassure dans le vestiaire (...) nous réitérons notre confiance en l'entraîneur Willy Sagnol» qui est «un grand professionnel» avec une «personnalité forte», a déclaré Nicolas de Tavernost, interrogé par Sud Ouest Dimanche, notamment sur le revers (2-0) en L1 des Girondins à Ajaccio.

«Essayer de comprendre pourquoi d'un seul coup, on s'est mis en vrille»

Revenant également sur la ligue Europa et le match nul (1-1) jeudi contre Sion, le patron de M6 juge le match «frustrant pour le score» mais «encourageant parce qu'on a vu une équipe plus motivée et un engagement collectif qui manquait ces dernières semaines». «Cet engagement et les résultats ne reviendront qu'avec la confiance, ajoute-t-il. Je ne suis pas là pour accabler l'équipe (...) mais pour l'encourager et essayer de comprendre pourquoi d'un seul coup, on s'est mis en vrille.»

Le patron des Girondins évoque «une spirale négative» depuis la raclée à Nice (1-6, 7e journée): «L'aspect psychologique est absolument déterminant dans la tenue d'une équipe, il faut tout faire pour redonner confiance à un effectif qui a fait ses preuves la saison passée.» Envisage-t-il de recruter au mercato de janvier? «On verra, rien n'est fermé», «aujourd'hui il y a plus un excès de joueurs qu'un manque» et «il y aura certainement des ajustements à faire», répond Nicolas de Tavernost.