Sport

Le CIO aime l'or, mais surtout l'argent

Des travaux estimés à 8,8 milliards d'euros et un budget d'organisation de 65 millions d'euros. En battant tous les records pour des JO d'hiver, les Russes de Sotchi ont décroché le gros lot pour 2014. Cette décision va pourtant à l'encontre des prop...

Des travaux estimés à 8,8 milliards d'euros et un budget d'organisation de 65 millions d'euros. En battant tous les records pour des JO d'hiver, les Russes de Sotchi ont décroché le gros lot pour 2014. Cette décision va pourtant à l'encontre des propos du président du Comité international olympique, le Belge Jacques Rogge, qui avait fait d'une réduction du gigantisme des JO un de ses chevaux de bataille lors de son élection en juillet 2001. « L'ampleur des Jeux est une menace à leur qualité. Il faut prendre des mesures afin qu'un jour tous les continents aient la capacité d'accueillir les JO », lançait le président du CIO lors de l'ouverture des Jeux de Salt Lake City en 2002.

Cinq ans plus tard, le budget de Sotchi est au niveau de celui de la ville de New York lorsqu'elle avait postulé à l'organisation des JO d'été 2012. « L'idée olympique doit réapprendre un peu plus de modestie. La décision est bien liée à l'argent, nous devons l'accepter », a reconnu le directeur général du Comité olympique allemand (DOSB), Michael Vesper. L'Allemagne envisage de poser sa candidature pour les JO d'hiver 2018.