Avec Guy, le Racing devient Roux et or

©2007 20 minutes

— 

Il est arrivé. Hier midi, Guy Roux a fait ses premiers pas à La Gaillette dans le costume d'entraîneur du Racing Club de Lens. Hanté par le « démon de midi » comme il le dit lui-même, le truculent Bourguignon rejoint donc l'Artois après deux ans de retraite. « C'était le meilleur choix », estime Gervais Martel, son nouveau président, qui n'a donc mis qu'une semaine à trouver un remplaçant à Francis Gillot, démissionnaire. Fidèle à lui-même, Guy Roux a déjà mis tout le monde dans sa poche, avec des anecdotes sorties de son vieux grimoire.

L'affaire a pourtant eu du mal à se conclure. « Les contacts remontent à jeudi dernier », indique Martel. Mais plusieurs clubs, dont les Girondins de Bordeaux, ont fait la cour à l'homme aux 890 matchs de Ligue 1, flatté de tant d'intérêt. « Il y a quelque chose qui a fait pencher la balance. J'ai fêté mes 60 ans lors d'un déplacement ici avec Auxerre. L'accueil de Bollaert avait été fantastique et on m'avait même offert une lampe de mineur. Elle est encore sur ma cheminée », raconte Guy Roux. Le voilà donc Artésien, nanti d'un contrat de deux ans. A bientôt 69 ans, il a pourtant largement dépassé la limite d'âge (65 ans) inscrite dans les règlements de la Fédération. « Prenez un Dalloz. Il y a un âge minimum pour travailler, c'est 16 ans. Mais pas de limite maximale. Celui qui va contre ça risque d'être poursuivi pénalement », tonne le père Guy, déjà en grande forme.

hommage Guy Roux a tenu a rendre hommage à son prédécesseur. « Francis Gillot a fait un excellent travail, a confié l'ancien entraîneur de l'AJA. D'ailleurs, je lui rends hommage. Mon premier déjeuner de travail, ce sera vendredi, avec lui. »