Florence Arthaud ne se plaisait pas dans «Dropped»

DRAME Il n'y avait pas assez d'aventures à son goût dans le jeu de TF1...

N.C.

— 

Hommage à Florence Arthaud à Marseille, le 14 mars 2015
Hommage à Florence Arthaud à Marseille, le 14 mars 2015 — Bertrand Langlois AFP

Le jeu «d'aventures» n'en présentait pas assez pour elle. Dans le numéro du magazine Gala de cette semaine, le frère de Florence Arthaud, Hubert, raconte pourquoi sa sœur avait accepté la proposition de TF1 et ce qu'elle pensait du début du jeu, avant le drame du 9 mars dans lequel elle a perdu la vie, comme Camille Muffat, Alexis Vastine et cinq membres de l'équipe de tournage.

Pas de nature économe, l'ancienne navigatrice a accepté de participer en partie pour l'argent (80.000 euros selon Envoyé spécial), mais aussi, évidemment, pour assouvir sa soif d'aventures. «Comme elle avait déjà participé à de nombreux raids et qu'elle aimait ça, elle pensait s'amuser, explique son frère. Quand elle m'a appelé le premier soir, elle m'a dit: "Je suis très déçue. On dort dans un hôtel quatre étoiles, ce n'est pas du tout ce que je pensais. Je me suis surentraînée et je le regrette". La vraie aventure, telle que Florence l'a connue, ce n'était pas ça. Là, c'était fictif, organisé, écrit, et cela ne lui a pas plu.»

«Comme tout événement mal préparé, neuf fois sur dix ça peut passer, mais la dixième, non»

En conflit avec Adventure Line Productions (ALP), productrice de l'émission, Hubert Arthaud avait annoncé début avril qu'il allait saisir la justice. «Florence a toujours pris des risques calculés, elle veillait elle-même à sa sécurité. Là, elle a laissé une autre organisation s'occuper de sa propre sécurité. Ce qu'elle n'avait jamais fait auparavant, ajoute-t-il aujourd'hui. Malheureusement, comme tout événement mal préparé, neuf fois sur dix ça peut passer, mais la dixième, non. Je suis très en colère contre ça.» ALP avait réagi à l'époque par la voix de Frank Firmin-Guion, son président, qui avait jugé ces accusations «indignes et mensongères».

Hubert Arthaud explique également dans le magazine qu'à son retour d'Argentine, sa sœur voulait discuter avec des élus pour organiser une course à la voile en Méditerranée, réservée aux femmes. Un projet qui verra peut-être le jour si d'autres prennent le relais. «Faire une course de femmes en Méditerranée serait une belle chose, dit-il. Je ne sais pas encore quel nom elle portera. Peut-être le sien. Le nom de Florence Arthaud est déposé aux intérêts de sa fille.» L'inhumation des cendres de la navigatrice devrait avoir lieu en juin, sur l'île Sainte-Marguerite, au large de Cannes.