VIDEO. Crash en Argentine: «On a vu les hélicos en flamme, on était impuissants», raconte Candeloro

ACCIDENT Philippe Candeloro était l'un des candidats de «Dropped»...

N.C.

— 

Philippe Candeloro dans "C à vous" mercredi 18 février 2015
Philippe Candeloro dans "C à vous" mercredi 18 février 2015 — France 5

Il était dans un camion, à quelques mètres de là, quand le drame est arrivé. Philippe Candeloro, l'un des candidats de l'émission Dropped, a raconté ce mercredi sur RTL comment lui et ses camarades qui ne sont pas montés dans les hélicoptères ont vécu l'accident qui a coûté la vie à dix personnes, dont huit Français, lundi soir.

 

«J'ai vu les hélicos décoller, je les ai vus faire une petite boucle, c'est vrai que tout allait bien (...) et je continuais en étant assis dans le camion à entendre les hélicos et puis d'un seul coup j'ai entendu un clash, une résonance énorme (...). Ça m'a fait sursauter donc je suis sorti du camion pour voir ce que c'était, explique-t-il. Très rapidement on était tous les uns près des autres et on s'est dit mais il est où le deuxième hélico et c'est là que l'on a compris (...) On a vu deux fumées noires sortir au loin parce qu'en fait les deux hélicos étaient à peine à 500 mètres de là où ils avaient décollé

Tout le monde était paniqué, sous le choc»

Encore sous le choc, l'ancien patineur décrit la réaction des personnes qui l'accompagnaient. «Tout le monde était paniqué, sous le choc. On a tout lâché pour aller sur les lieux de l'accident, on est montés dans le camion (...) On a vu les hélicos en flamme, on était impuissants. On n'avait ni extincteur ni eau, on était dans la broussaille, c'était compliqué…»

Alors qu'une enquête est en cours, Candeloro assure que la sécurité était prise très au sérieux sur le tournage. «On avait des consignes et des briefings de sécurité à chaque fois qu'on partait sur les courses (...). À chaque fois qu'il y avait un danger quelconque de se faire une petite égratignure, on était pris en charge (...) Sur les conditions de sécurité au niveau de la production il n'y a même pas de polémique à avoir là-dessus.»