Fabien Barthez, une agression sujette à caution

©2006 20 minutes

— 

Beaucoup de bruit pour rien ? « L'agression » de Fabien Barthez samedi soir à la Beaujoire, après le revers des Canaris contre Rennes (0-2), n'avait toujours pas fait l'objet de plainte hier, selon des sources judiciaires et policières nantaises. Aucune enquête préliminaire n'a donc été ouverte par le parquet de Nantes, contrairement à ce qui avait été annoncé. « On ne va pas enquêter sur une affaire qui n'existe pas », lâche un magistrat chargé de l'enquête. « Pour l'instant, le seul témoignage fiable dont on dispose est celui d'un policier. Il n'a assisté à aucun échange de coups. »

Contacté, l'avocat de Fabien Barthez était injoignable hier après-midi. Lundi, Philippe Pech de Laclause avait pourtant annoncé à l'AFP qu'il allait porter plainte « dans les jours qui viennent auprès du procureur de la République de Nantes ». « Ils ont ouvert la porte, agressé Fabien Barthez en lui donnant des coups de pied et menacé de mort », avançait l'avocat. Selon lui, ces personnes s'en seraient également pris à la famille du gardien de but, en menaçant de se rendre chez lui. « Il ne s'agit pas d'une altercation entre Fabien Barthez et des supporteurs, mais d'une véritable agression préméditée et planifiée menée par une dizaine d'individus », avait alors affirmé Me Pech de Laclause.