Le Racing à l'heure de la digestion

©2006 20 minutes

— 

Bordeaux n'est pas passé. Après leur défaite en Gironde, samedi (1-0), les Lensois ont la tête tournée vers le choc contre Toulouse, samedi. Des Violets qui n'ont qu'un seul point de retard sur la 3e place de Ligue 1 occupée par le Racing. « Ils vont venir avec un gros bloc défensif, comme à Bordeaux. Il faudra donc trouver un moyen de les contourner », lâche Razak Boukari, le jeune attaquant des Sang et Or.

Incapables de perforer des Bordelais réduits à dix pendant une heure, les hommes de Francis Gillot ont repris l'entraînement avec un objectif : identifier la cause du non-match face aux Marine et Blanc. « C'est collectif. Quand il y a un ou deux joueurs qui sont un petit peu moins bien, ça passe. Je crois que là, tout le monde est passé à côté », relève Jean-Pierre Lauricella, l'adjoint de Gillot. Marco Ramos, le latéral gauche, a déjà prévu la recette pour relever la tête face aux coéquipiers d'Achille Emana. « Il faudra montrer plus d'envie, trouver plus de mouvements, de percussion. Un peu de fraîcheur aussi. Il nous manque un peu tout cela. » Ça fait beaucoup de choses à seulement quatre rencontres de la fin du Championnat. Francis Gillot a donc décidé de ne pas perdre de temps. A l'inverse de son homologue lillois, il a convoqué son groupe dès mardi pour maintenir ses troupes sous pression. Ses joueurs savent qu'ils n'ont plus le droit à l'erreur, et qu'en même temps, ils devront « espérer un faux pas de Bordeaux », selon le gardien artésien Charles Itandje. Dommage, quand on a compté jusqu'à six points d'avance sur le troisième.