Open d'Australie: «Ce n'était pas mon jour», lâche Nadal

DEFAITE Le Tchèque Tomas Berdych s'est qualifié pour les demi-finales en surclassant Rafael Nadal...

N.C. avec AFP

— 

Rafael Nadal a été balayé par Tomas Berdych en quarts de finale de l'Open d'Australie, le 27 janvier 2015.
Rafael Nadal a été balayé par Tomas Berdych en quarts de finale de l'Open d'Australie, le 27 janvier 2015. — Ella Ling/BPI/REX/REX/SIPA

Rafael Nadal, surclassé mardi par Tomas Berdych en quarts de finale de l'Open d'Australie, a estimé qu'il a «un peu aidé» le Tchèque «en jouant mal». «Il faut que je travaille encore dur pour revenir à mon meilleur niveau», résume l'Espagnol, qui a multiplié les forfaits sur blessure en fin de saison dernière.

Vous sentiez-vous diminué aujourd'hui?

Non, je me sentais bien. Ce n'était pas mon jour, voilà tout. Je n'ai pas mis la bonne intensité et n'ai pas trouvé le bon rythme face à un adversaire qui était meilleur que moi aujourd'hui.

Le fait d'être arrivé en manque de repères au tournoi a joué?

C'est évident que j'ai besoin de jouer davantage pour être plus compétitif, comme je l'ai été dans le troisième set. Avant ce set, je n'avais pas la bonne attitude, je jouais trop court et je lui ai rendu les choses faciles. Mais, il faut relativiser. Sans être à mon meilleur niveau, j'ai réussi à arriver jusque-là. Ce n'est pas un mauvais résultat du tout après avoir été blessé et n'avoir joué que cinq matchs en sept mois [7 en fait entre fin juin et fin octobre 2014 et 1 en janvier avant le début du tournoi]. Les débuts sont difficiles mais la saison est encore longue. Il faut que je travaille encore dur pour revenir à mon meilleur niveau.

Tomas Berdych a-t-il les armes pour remporter le tournoi?

Je ne sais pas s'il peut aller au bout. D'autres joueurs, comme Andy [Murray], jouent tellement bien aussi. Le tournoi est intéressant parce que les meilleurs se bagarrent pour aller plus loin. C'est vrai que Tomas joue bien. C'est un joueur très régulier, très professionnel et au top niveau depuis longtemps donc il mérite d'être où il en est aujourd'hui. Voyons maintenant la suite. Le sentiment que j'ai sur notre match, c'est qu'il a bien résisté dans le troisième set mais qu'avant c'était trop facile, parce que je l'ai un peu aidé en jouant mal.

Quelque chose vous a gêné dans son jeu?

Non. Il sert toujours très bien. Il a joué agressif. Mais, comme je l'ai dit plus tôt, si j'avais été capable de garder le rythme du troisième set pendant deux ou trois heures, j'aurais pu lui mettre davantage de pression. Tomas est numéro 7 mondial. Vous ne pouvez pas gagner contre lui sans jouer votre meilleur tennis. Et ce n'était pas mon cas.

Comment vit-on le fait de ne pas savoir si on pourra donner le meilleur de soi-même?

Ce n'est pas la première fois que cela m'arrive de revenir de blessure et de ne pas me sentir au mieux de ma forme. Quand vous n'êtes pas blessé et que vous enchaînez les matches, vous gagnez forcément en confiance et vous jouez mieux. Pour moi le problème, c'est qu'il y a eu des hauts et des bas. J'ai bien joué les deux premiers sets contre [Dudi] Sela [au 3e tour], puis mal dans le troisième. Le match contre Kevin [Anderson, en huitièmes] est peut-être le seul où j'ai été constant.