Ligue 1: Les clubs n'en ont pas fini avec la taxe à 75%

FOOTBALL Beaucoup de présidents avaient choisi de lisser l'effet de cette taxe sur 2014 et 2015...

J.L. avec AFP

— 

Le défenseur du PSG Thiago Silva face au guingampais Sankharé, le 14 décembre 2014.
Le défenseur du PSG Thiago Silva face au guingampais Sankharé, le 14 décembre 2014. — AFP PHOTO/ JEAN-FRANCOIS MONIER

La taxe à 75% sur les salaires supérieurs à 1 million d'euros a certes juridiquement disparu au 1er janvier mais ses effets se feront encore sentir sur le budget des clubs lors de l'année 2015, selon un responsable de l'UCPF. «La seconde partie de la taxe est payable en mai 2015, sur l'exercice 2014», a rappelé Philippe Diallo, directeur général de l'Union des clubs de football professionnels (UCPF) à l'AFP.

Instaurée pour deux ans début 2013, cette taxe aurait, selon lui, coûté entre 40 et 45 millions d'euros à un total de 14 clubs de Ligue 1 en 2014 et autant devraient être versés en mai. «Ca a été extrêmement pénalisant en 2014 car personne n'avait anticipé et provisionné une quelconque taxe», rappelle Philippe Diallo. «D'autant plus pénalisant que le foot français enregistre des pertes depuis deux ans.»

Les pertes globales de l'exercice 2014 --environ 100 millions d'euros--, sont donc imputables selon M. Diallo à plus de 40% à la taxe sur les hauts salaires. Encore impactés par la taxe à 75% jusqu'en 2016, les clubs de foot ont cependant enregistré au 1er janvier une bonne nouvelle avec la disparition de la taxe sur les spectacles et la mise en place de la TVA à taux réduit. En attendant, la fin possible de la législation restrictive sur la vente et la publicité pour l'alcool dans les stades, l'une des mesures qu'ils appellent de leurs voeux afin de relancer la compétitivité.