Fin de série du Real Madrid: Selon Carlo Ancelotti, «cela devait arriver»

FOOTBALL Les Madrilènes se sont inclinés à Valence après 22 victoires consécutives...

A.M. avec AFP

— 

Les joueurs de Valence célèbrent un but contre le Real Madrid le 4 janvier 2015.
Les joueurs de Valence célèbrent un but contre le Real Madrid le 4 janvier 2015. — JOSE JORDAN / AFP

Le Real Madrid, qui restait sur une série de 22 victoires avant de chuter à Valence (2-1), était voué «tôt ou tard» à connaître la défaite, a philosophé dimanche l'entraîneur madrilène Carlo Ancelotti, qui a assuré que ce revers n'allait pas «affecter» ses joueurs. «C'est une défaite qui intervient après 22 matches gagnés. Cela devait arriver tôt ou tard. C'est arrivé aujourd'hui, a-t-il expliqué. Mais nous ne devons pas oublier que nous avons fait de bonnes choses avant et que nous en ferons aussi après.»

«Je ne crois pas que cela va nous affecter»

Pour la première fois depuis près de quatre mois, le Real a mordu la poussière en compétition et avec cette défaite à Mestalla en Championnat d'Espagne, le club merengue a manqué l'opportunité de dépasser le record mondial de 24 victoires consécutives toutes compétitions confondues, détenu par le club brésilien de Coritiba. «Je ne crois pas que cela va nous affecter», a néanmoins tempéré Ancelotti. «C'est arrivé, ça devait arriver après 22 victoires et nous devons continuer. La saison est très longue, nous sommes bien positionnés en Liga. Cela ne nous affecte pas parce que nous pouvons nous reposer sur les bonnes choses que nous avons accomplies auparavant.»

Le technicien italien n'a pas accablé ses joueurs après la défaite, estimant qu'ils avaient seulement manqué de réussite dans la finition. «Nous avons fait un bon match et à l'arrivée nous ne méritons pas de perdre. Nous avons eu des opportunités de marquer mais nous avons manqué de chance. En attaque (mes joueurs) ont bien travaillé, ils ont eu des opportunités, ils ont créé le danger mais ils n'ont pas marqué. Cela ne veut rien dire, le travail a été bon», a-t-il conclu.