Mondiaux 2018 (Russie) et 2022 (Qatar): Il faudra «revoter s'il y a des preuves de corruption», estime Michel Platini

FOOTBALL Le président de l'UEFA Michel Platini réaffirme qu'il n'a pas été corrompu pour voter en faveur de la Russie et du Qatar pour les Mondiaux 2018 et 2022...

N.C.

— 

Michel Platini, président de l'UEFA, lors d'une conférence de presse sur l'Euro 2016, le 22 février 2014 à Nice.
Michel Platini, président de l'UEFA, lors d'une conférence de presse sur l'Euro 2016, le 22 février 2014 à Nice. — BEBERT BRUNO/SIPA

Les soupçons de corruption sur l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar ne se sont pas évaporés avec la publication en novembre des conclusions du rapport d'enquête interne de la Fifa. En témoignent les affirmations d'une ancienne chargée de la communication du comité de candidature Qatar 2022, qui raconte dans une interview à France Football ce mardi avoir vu des responsables qataris proposer de l'argent à des dirigeants du football africain.

«Je n'ai ni Picasso, ni lingot, ni gaz, ni pétrole ni rien du tout»

Interrogé sur le sujet, Michel Platini, personnellement mis en cause en juin dernier, a une nouvelle fois rejeté tout soupçon. «J'ai toujours voté par conviction, a-t-il assuré sur Europe 1. Si j'ai voté pour le Qatar et la Russie, c'est parce que c'était des nouveaux continents. Je suis plus que blanc. Je n'ai ni Picasso, ni lingot, ni gaz, ni pétrole ni rien du tout.»

Toutefois, le président de l'UEFA prévient: Pour lui, il faudra «revoter s'il y a des preuves de corruption». «Il y a beaucoup d'allégations, de rumeurs, de choses très négatives», a-t-il ajouté. Et les choses ne semblent pas près de s'arranger.