Evian-OL: Pascal Dupraz dénonce «un show arbitral» en faveur de Lyon

FOOTBALL Le coach des Savoyards regrette le pénalty sévère sifflé contre son équipe dans le temps additionnel à 2-2...

J.L. avec AFP
Pascal Dupraz lors du match entre Marseille et Evian le 17 août 2013.
Pascal Dupraz lors du match entre Marseille et Evian le 17 août 2013. — Karine Villalonga/SIPA

Deux buts d'Alexandre Lacazette dont un sur penalty ont permis à Lyon de s'imposer in extremis (3-2), dimanche à Annecy aux dépens d'Evian qui menait encore à la 81e minute, pour la 17e journée de Ligue 1. L'OL a remporté là sa deuxième victoire à l'extérieur cette saison en L1 et conserve sa 3e place alors que l'ETG est 14e.

Lacazette a, pour sa part, porté son total de buts à 13 et prend seul la tête du classement des buteurs. Il avait déjà été décisif jeudi à Gerland contre Reims pour une victoire déjà obtenue à l'arraché (2-1): son centre de l'aile droite dans le temps additionnel avait été détourné dans sa cage par le gardien rémois Johny Placide. Cette fois, il a égalisé en reprenant à bout portant et en force, malgré un angle fermé, un corner de Rachid Ghezzal, entré en jeu peu avant (2-2, 81). Il a ensuite transformé un penalty accordé pour une faute de main d'Adrien Thomasson, très contestée par les « Croix de Savoie » (3-2, 90+3).

Une main très contestable

« Adrien prend le ballon de la poitrine. Il n'y a pas penalty. En septembre, cet arbitre-là (Tony Chapron) était venu nous expliquer, à grands coups d'images, les décisions prises pour qu'on les comprenne. Parmi celles-ci, il y avait le penalty: quand il y a main litigieuse et quand il n'y a pas d'adversaire, l'avantage est laissé au bénéfice au doute. C'est du spectacle, ce n'est plus du football mais un show.», regrette l'entraîneur de l'ETG, Pascal Dupraz.

 faites vous votre avis http://t.co/kbZ3xFuPVq
— Philippe (@saintmtex) December 7, 2014


«C'est un peu normal qu'Alex soit l'homme providentiel. Il est le meilleur buteur de la L1, notre leader d'attaque. Il y a une petite dépendance mais c'est comme dans beaucoup d'équipes, à l'image du Real Madrid dépendant de Cristiano Ronaldo. Il n'est bien sûr pas Cristiano, mais à notre niveau il est très important», a souligné de son côté l'entraîneur de l'OL, Hubert Fournier, évoquant « un grand sang-froid et une grande maturité» au moment de transformer le penalty décisif.