PSG-Nice: Paris plaide la fatigue

FOOTBALL Les partenaires de Zlatan Ibrahimovic ont été bousculés par les Niçois en seconde période…

R.B. au Parc des Princes
— 
Zlatan Ibrahimovic lors du match entre le PSG et Nice le 29 novembre 2014.
Zlatan Ibrahimovic lors du match entre le PSG et Nice le 29 novembre 2014. — FRANCK FIFE / AFP

«Fatigue», «manque de lucidité physique», «on a pioché»… On n’ira pas jusqu’à penser qu’un spin doctor s’est introduit dans les vestiaires parisiens pour souffler une justification à leur deuxième période poussive mais le chœur après la victoire contre Nice (1-0) samedi était assez admirable, à l'exception d'un David Luiz content de ne pas avoir les jambes lourdes. Qu’importe le Brésilien, le PSG prétend se sentir ramollo alors qu’il disputait le troisième d’une série de neuf matchs en un mois jusqu’à la trêve.

«Il y a des joueurs qui piochent après de sérieuses blessures»

Pour éviter la surchauffe, Laurent Blanc avait pourtant changé 50% de ses hommes de champ alignés d’entrée contre l’Ajax mardi en Ligue des champions. Las, le coach parisien a quand même vu ses joueurs baisser d’intensité après la pause et s’exposer à un nul stupide. «Le troisième match d’une semaine (après Metz et Amsterdam) est toujours difficile. Ceux qui sont entrés dans l'équipe ce soir ont aussi eu du mal à rentrer dans la rotation, explique-t-il. Il y a des joueurs qui piochent après de sérieuses blessures. L'année post-Mondial est plus difficile pour certains.»

Forcément, lâcher ça alors que se profile dans dix jours le choc au Camp Nou contre le Barça dans la foulée d’un déplacement à Lille et de la réception de Nantes a de quoi inquiéter quelques supporters parisiens. «Malgré la fatigue, ça reste bénéfique de jouer ces matchs car on va maintenir un certain niveau d’exigence, veut rassurer Serge Aurier. Pour l’instant, ça va encore car on arrive à enchaîner.» «Pour recouvrer son top niveau, il faut piocher, il faut trois, quatre, cinq matchs pour y arriver, poursuit Laurent Blanc. Ibrahimovic, il faut qu'il enchaîne et ce n'est pas illogique qu'il ait été moins bien en seconde période.» A l'image de toute son équipe, serait-on tenté d'ajouter.