Coupe Davis: Gasquet n’avait jamais vu Federer «jouer à ce niveau» face à lui

TENNIS Le Français a essayé, mais il n’a jamais menacé le n°2 mondial…

J.L.

— 

Richard Gasquet et Roger Federer, le 23 novembre 2014 à Lille.
Richard Gasquet et Roger Federer, le 23 novembre 2014 à Lille. — Christophe Ena/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Lille,

Evidemment, le score sévère invite à sortir le goudron et les plumes pour Richard Gasquet, envoyé à l’abattoir face à Federer dimanche. Mais pour être honnête, et ce n’est pas toujours le cas concernant le Biterrois, pas plus tard que la veille par exemple, il n’y a pas grand-chose à lui reprocher. «Je suis très déçu de prendre trois sets. J’ai fait de mon mieux, mais c’est la première fois qu’il joue à ce niveau contre moi.» Les mots respirent le complexe d’infériorité, comme d’habitude, mais ils ne reflètent pas l’attitude du Français sur le court.

«J’aurais aimé apporter plus»

Face à un Federer qui n’avait pas grand-chose à voir avec le vieillard fantômatique de vendredi, Gasquet a d’abord essayé de surfer sur un public en fusion. «Le public a été à 1000% dés le départ. On était en haut de l’escalier, c’était incroyable. C’était un moment génial». Quand il a vu que ça ne suffirait pas, assez rapidement il est vrai, Gasquet a essayé de bloquer le Suisse dans la diagonale de revers. Cela a fonctionné, mais encore fallait-il que l’échange s’engage. En servant 72% de premières balles, la plupart entre 200 et 215 km/h, Federer n’a jamais ouvert la porte. «Je sentais qu’il jouait très bien très vite, avec peu d’erreurs. Je n’ai pas réussi à l’embêter ou à avoir des balles de break. J’aurais aimé apporter plus, mais des matchs comme ça il en a joué des dizaines, il joue toujours le coup juste».

Pour espérer que ça change, il aurait fallu faire durer le match un peu plus, en misant sur une éventuelle fatigue du Suisse après son troisième match en trois jours. Gasquet a résisté le plus longtemps possible, sauvant par exemple 11 balles de break sur 16, mais cela n’a pas suffi. «Je savais que Richard était préparé. Physiquement, il pouvait tenir des heures et des heures, confirme Clément. Mais Federer n’a rien manqué, il a réalisé un match extraordinaire. Sa montée en puissance a été incroyable depuis qu’il a vu qu’il ne souffrait plus du dos». Dire qu’on en était à redouter son forfait il y a quatre jours…