Matches présumés truqués: Le CA Bastia dément avoir été approché par Nîmes

FOOTBALL Le dirigeant bastiais évoque un dîner «comme (...) avec tous nos adversaires»...

Antoine Maes

— 

Le président du Nîmes Olympique Jean-Marc Conrad, en juin 2014.
Le président du Nîmes Olympique Jean-Marc Conrad, en juin 2014. — STRINGER / AFP

Le président du CA Bastia (National) a démenti mercredi avoir été approché par son homologue de Nîmes (L2) pour que ses joueurs lèvent le pied dans le match entre les deux clubs, évoquant un dîner «comme (...) avec tous nos adversaires». Selon le Canard Enchaîné, qui a publié mercredi des écoutes téléphoniques mettant notamment en cause le président du Nîmes Olympique Jean-Marc Conrad et son principal actionnaire Serge Kasparian, le président nîmois aurait assuré à son partenaire avoir tenté - en vain - de corrompre son homologue.

Selon l'hebdomadaire, 50.000 euros auraient été proposés au club et à ses joueurs en cas de victoire nîmoise. «On nous reproche d'avoir reçu des gens et d'avoir dîné avec eux comme on le fait avec tous nos adversaires avant chaque match», a réagi mercredi Antoine Emmanuelli, le président du CA Bastia. «Au départ, c'était le président Gazeau qui devait venir mais il a démissionné entre temps. Nous avons donc gardé notre rendez-vous avec la nouvelle équipe. Nous avons simplement parlé de nos clubs! Il n'a jamais été question d'autre chose», a-t-il ajouté.

«Nous réfléchissons aux suites à donner à cet article, avec pourquoi pas une procédure en diffamation»

Pour l'avocat du CAB: «Le club n'est nullement mis en cause dans ce dossier. Ni son président, ni ses joueurs, ni ses entraîneurs. Il n'y a eu aucune perquisition ou garde à vue. Le président a été seulement entendu en qualité de témoin sans que cela n'entraîne la moindre décision contre le club», a poursuivi Jean-Sébastien De Casalta, l'avocat du club. «Il s'agit d'allégations inadmissibles de la part du Canard Enchaîné. C'est un contenu fallacieux et mensonger et nous réfléchissons aux suites à donner à cet article, avec pourquoi pas une procédure en diffamation», a-t-il encore ajouté.

Au moment de la rencontre entre les deux équipes, le CA Bastia - déjà relégué en National - et le Nîmes Olympique avaient fait match nul 0-0. Le Nîmes Olympique est suspecté d'avoir arrangé ou tenté d'arranger des matches pour se maintenir en L2 la saison passée. Huit personnes sont en garde à vue dans cette affaire, dont le président du Nîmes Olympique Jean-Marc Conrad, celui de Caen (aujourd'hui en L1) Jean-François Fortin ou encore l'entraîneur de Dijon (L2) Olivier Dall'Oglio.