Serbie-Albanie: Le frère du Premier ministre albanais dément avoir piloté le drone à l'origine des incidents

FOOTBALL C'est ce qu'affirmait la télévision d'Etat serbe...

20 Minutes avec AFP

— 

Le drone a alemé un drapeau à l'origine des incidents lors de la rencontre entre la Serbie et l'Albanie le 14 octobre 2014.
Le drone a alemé un drapeau à l'origine des incidents lors de la rencontre entre la Serbie et l'Albanie le 14 octobre 2014. — Darko Vojinovic/AP/SIPA

Olsi Rama, le frère du Premier ministre albanais Edi Rama, soupçonné d'être à l'origine de l'incident ayant entrainé l'arrêt définitif du match de qualification pour l'Euro 2016 Serbie-Albanie mardi soir à Belgrade, est rentré à Tirana et a démenti avoir être lié de quelle que manière que ce soit avec cet événement.

«Je n'ai rien à faire avec le drone (...) je ne comprends pas d'où cette histoire est sortie», a déclaré Olsi Rama à son arrivée dans la capitale albanaise.

Les incidents ayant entraîné l'interruption du match ont éclaté lorsqu'un drone sur lequel était accroché un drapeau représentant une carte de la «Grande Albanie», projet nationaliste visant à regrouper au sein d'un même État les communautés albanaises des Balkans, a survolé le stade.

Selon la télévision d'État serbe, les autorités à Belgrade soupçonnent Olsi Rama d'avoir organisé l'incident et piloté le drone. En revanche, la police s'est bornée jusqu'à présent à préciser qu'une enquête était en cours.

«C'est une spéculation des médias, je n'ai été ni arrêté, ni interpellé. Lorsque l'incident s'est produit la situation est devenue chaotique, les policiers contrôlaient tout le monde. Je leur ai montré mon passeport américain et ma caméra. Cela a duré que quelque minutes», a déclaré M. Rama qui est arrivé à Tirana mercredi matin avec la délégation de l'équipe nationale albanaise.

La ministre de l'Éducation et des sports Lindita Nikolli, le vice-Premier ministre adjoint Niko Peleshi ainsi que des milliers de supporteurs sont venus à l'aéroport Rinas accueillir l'équipe nationale albanaise.

La presse albanaise célèbre son équipe

A Tirana, mais aussi dans les autres pays de la région où vivent des communautés albanaises - au Kosovo et en Macédoine notamment -, l'interruption du match a été célébrée dans la nuit comme une victoire, les Albanais étant persuadés que la Serbie serait sanctionnée par l'UEFA et désignée comme responsable de l'arrêt de la rencontre.

La presse à Tirana saluait mercredi le comportement de l'équipe et rendait la partie serbe responsable de l'incident.

«Le mystère du drone. Qui est derrière, les Serbes ou les Albanais», titrait le journal en ligne Shqiparja.com, alors que le quotidien Shqip constatait que «les symboles albanais affolent les supporteurs» serbes.

La presse serbe, de son côté, condamnait à l'unanimité une «provocation» albanaise orchestrée par le frère du Premier ministre albanais.

«Promotion de la Grande Albanie à Belgrade», titrait à la une Vecernje Novosti, alors que le quotidien Danas constatait que «les nationalismes ont tué le football».

L'analyste politique Dragomir Andjelkovic, intervenant mercredi matin à la télévision d'État, serbe a affirmé qu'«une telle provocation est liée à la visite du président russe Vladimir Poutine», prévue jeudi à Belgrade.

«Les Albanais seuls n'auraient pas pu réaliser ceci, sans un soutien venu des cercles qui souhaitent punir Belgrade pour sa politique de coopération avec Moscou», a-t-il dit.

Serbes et Albanais entretiennent dans la région des relations toujours délicates en raison de différends historiques et récents.