Marcelo Bielsa sait aussi gagner des matchs avec l'OM

FOOTBALL L'OM s'est imposé sur la pelouse d'Evian dimanche soir (1-3), et grimpe à la deuxième place du classement...

Camille Belsoeur

— 

André-Pierre Gignac célèbre son but face à Evian, dimanche 14 septembre 2014.
André-Pierre Gignac célèbre son but face à Evian, dimanche 14 septembre 2014. — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Dans le début de saison de l’OM, Marcelo Bielsa est un véritable faiseur de pluie et de beaux temps. Après avoir secoué le club dans tous les sens pendant la trêve internationale en critiquant vivement les choix sportifs de son président Vincent Labrune, l’entraîneur argentin a remis Marseille dans les rails en récoltant son troisième succès consécutif sur le terrain d’Evian dimanche soir (0-3).

> Revivez Evian-OM en live comme-à-la-maison

Cette nouvelle démonstration, quinze jours après avoir étrillé Nice au Vélodrome, envoie donc l’OM sur le podium de la Ligue 1 après cinq journées. Mais alors que les premiers frimas de l’automne n’ont pas encore pointer leur nez, il est à l’heure évidemment trop tôt pour tirer des conclusions hâtives.

Cependant, à l’heure actuelle ce Marseille semble être le principal challenger de l’ogre parisien en Ligue 1, avec des individualités au service du collectif, et un style de jeu séduisant, avec pressing haut et possession de balle. La patte Bielsa sûrement. «Il faut presser haut et se battre à la perte de la balle», confirmait André-Pierre Gignac au micro de Canal+ au coup de sifflet final.

Gignac comme l'éclair

Sur le terrain gras du Parc des sports d’Annecy, l’OM n’a jamais douté dimanche. André-Pierre Gignac, qui marche actuellement sur l’eau (5 buts en 5 matchs) allumait la première mèche dès 20 secondes de jeu, en profitant d’une belle ouverture de Rod Fanni (0-1, 1e). Ensuite, après une demi-heure de vide, Giannelli Imbula confirmait son excellent début de saison doublant la marque après un bel exploit individuel et l’aide du savoyard John Mensah (0-2, 41e).

«On a fait une première mi-temps mitigé, analyse Anfré-Pierre Gignac. On marque dès le début du match et après on ne trouve pas la solution jusqu'au but de Giannelli. Après on a mieux maîtrisé en deuxième mi-temps.» Thauvin terminait en effet le boulot à l’heure de jeu (0-3, 63e), avant que Nsikulu ne réduise le score en toute fin de match pour Evian (1-3, 90e), plus que jamais bon dernier de Ligue 1.