VIDEO. Après son dérapage, Jean-Michel Larqué estime ne «pas avoir commis de faute»

FOOTBALL Et remercie ses soutiens...

R.B.

— 

Jean-Michel Larqué s'apprête à commenter un match de l'OM, le 1er décembre 2010 à Marseille
Jean-Michel Larqué s'apprête à commenter un match de l'OM, le 1er décembre 2010 à Marseille — J.M.Sureau/SIPA

Jean-Michel Larqué n’en démord pas. Mercredi soir, le consultant de RMC s’est défendu après la polémique engendrée par ses propos sur les blancs et les noirs lors de la demi-finale entre l’Argentine et les Pays-Bas mercredi soir, remportée aux tirs au but par les partenaires de Lionel Messi.
«Je voudrais revenir sur l’interprétation tendancieuse que certains ont faite sur des propos que j’ai tenus. Au risque de décevoir ces gens-là, je ne vais pas m’excuser d’une faute que je n’ai pas commise, a-t-il expliqué à l’antenne de la radio. Pour moi, je n’ai commis aucune faute et je remercie la très grande majorité qui m’a apporté son soutien sur cette polémique qui n’en est pas une. Je ne l’ai pas suivie parce que je ne suis pas sur les réseaux sociaux.»

Lors de la rencontre entre l’Albiceleste et les Bataves, l’ancien joueur de Saint-Etienne avait lâché un commentaire douteux en plein direct sur RMC. «Ce n’est pas vrai ça! C’est la première fois que je vois un blanc courir plus vite qu’un noir». «Ah bon?», réplique le journaliste après deux interminables secondes, visiblement surpris. «Bah Lavezzi a pris Indi de vitesse!», s’explique le consultant.

Dans le studio, le malaise est immense. «Comme quoi, il n’y a pas forcément de règles, Jean-Michel», tente le journaliste dans un rire gêné. Mais Larqué n’en a pas fini. «Si tu regardes le départ des 100 mètres…»

Le commentateur tente alors une comparaison improbable pour couper court à la polémique. «Je pense que Christophe Lemaitre court plus vite que Makélélé», avant de reprendre dans la foulée le commentaire du match.