Coupe du monde 2014: Neymar remis pour la finale? Le Brésil en rêve

FOOTBALL Victime d’une fracture de la 3e vertèbre, la star de la Seleçao est censée être forfait…

Antoine Maes

— 

Le joueur brésilien Neymar sur une civière lors de sa visite à ses coéquipiers après sa blessure au dos, le 5 juillet 2014.
Le joueur brésilien Neymar sur une civière lors de sa visite à ses coéquipiers après sa blessure au dos, le 5 juillet 2014. — RICARDO STUCKERT / CBF / AFP

De notre envoyé spécial à Sao Paulo,

Depuis deux jours, les fans se rassemblent devant sa maison, lançant quelques cris de soutien ou laissant un mot d’encouragement. A Guaruja, au sud de Sao Paulo, Neymar vit en reclus dans son «condominio», une villa surprotégée où les riches Brésiliens se sentent plus en sécurité. Victime d’une fracture de la 3e vertèbre pendant le match contre la Colombie, l’attaquant de la Seleçao est officiellement forfait pour le reste de la Coupe du monde.

Officiellement seulement. Car si ce type de blessure nécessite une quarantaine de jours de repos, tout le pays rêve depuis dimanche soir: et si Neymar pouvait jouer la finale? Pour cela, il faudrait d’abord que les hommes de Scolari se qualifient contre l’Allemagne mardi. Mais il faudrait aussi que le joueur accepte de jouer sous infiltration de corticoïdes pour annihiler la douleur. L’idée vient de deux médecins du club de Santos, l’ancienne formation de Neymar, qui lui ont rendu visite dimanche.

«Les conduites médicales hâtives comportent un risque pour sa vie future d’athlète»

Selon Globo, le plan d’infiltrations est déjà arrêté. «Cela se ferait à partir du jeudi 10. Seront réalisées une série d’injections pour isoler la zone de la fracture et permettre à l’athlète de récupérer sa liberté de mouvement», explique le média brésilien qui émet tout de même une réserve. Les infiltrations ne contreviennent pas au règlement antidopage.

Dans un communiqué publié dimanche soir, la fédération brésilienne a un poil douché l’ambiance. «Les conduites médicales hâtives comportent un risque pour sa vie future d’athlète. Ce qui se dit dans certains médias, par des collègues médecins, ne changera pas la conduite de la commission médicale de la sélection brésilienne». En clair, à moins de décaler la finale, Neymar ne devrait pas en être.