Coupe du monde 2014: Un bain de foule pour le retour des Bleus

FOOTBALL Attendue à 13h30, l’équipe de France a atterri peu après 12h à l’aéroport du Bourget. Près de 500 supporters étaient venus leur dire merci. Knysna est loin…

Fabrice Pouliquen

— 

Mathieu Valbuena et les joueurs de l'équipe de France se sont offerts un rapide bain de foule à leur arrivée à l'aéroport du Bourget ce dimanche midi.
Mathieu Valbuena et les joueurs de l'équipe de France se sont offerts un rapide bain de foule à leur arrivée à l'aéroport du Bourget ce dimanche midi. — Fabrice Pouliquen/20Minutes

C’était comme un jeu. Une sorte de cache-cache hystérique où la moindre sortie du terminal de l’aéroport du Bourget faisait se lever les 500 supporters de l’équipe de France amassés derrière des barrières à une dizaine de mètres de l’entrée. Un chariot rempli de bagages a provoqué une première levée de cris, trois jeunes femmes prises pour des épouses de joueurs ont suscité la deuxième. La troisième sera la bonne: à 12h35, la silhouette de Mathieu Valbuena émerge enfin entre deux voitures, avec sur ses talons Raphaël Varane et bientôt tout le reste de l’équipe.

Cinq minutes d’autographes

Annoncés un temps vers 13h30, les hommes de Didier Deschamps ont finalement atterri peu après 12h sur le Tarmac du Bourget après 32 jours au Brésil. Et avant de s’engouffrer dans leurs taxis aux vitres teintées, les Bleus ont pris le temps de saluer les fans venus les accueillir. Cinq minutes d’autographes et de selfies que prolongera de quelques minutes Paul Pogba, le natif de Lagny-sur-Margne, à une poignée de kilomètres du Bourget. Ce fut bref, mais intense. «Et on ne peut pas vraiment leur en vouloir, lance Karine, supportrice inconditionnelle de l’équipe de France depuis 1984. Ils sortent de longues heures de vol et ils ont encore des correspondances à prendre.»

«Fier d’eux, dans l’attitude et sur le terrain»

Non, il n’y aura pas une critique ce dimanche midi à l’égard des hommes de Didier Deschamps. Pourtant le parcours brésilien de l’équipe de France laisse sur sa faim. Avec un peu plus d’efficacité en attaque, on les mangeait ces Allemands, non? «Mais souvenez-vous du premier match des Barrages face à l’Ukraine (perdu 2-0 le 15 novembre dernier, ndlr), rappelle Gwendal 18 ans, parti très tôt de Gonesse ce dimanche matin pour voir les Bleus. Qui alors les imaginait en quart de final du Mondial? Et qui aurait cru qu'ils enchaîneraient des matchs d'une telle qualité?»

Plus que les résultats, c’est l’attitude des joueurs que soulignaient ce dimanche les supporters. «C’est ça qui me rend fier d’eux, lance Franck, qui a fait le déplacement de l’Eure pour dire «merci aux joueurs et en particulier à Didier Deschamps». «Je leur devais bien ça. L’état d’esprit était bon pendant cette Coupe du monde, on sort la tête haute.»

«Je suis content de voir tout ce monde à notre arrivée», glisse Paul Pogba avant d’entrer dans le taxi. Le seul Bleu avec Morgan Schneiderlin à s’exprimer à l’aéroport. «Les spectateurs ont eu des émotions, ont vibré, comme nous, à travers ce qu’ont fait les joueurs. A une époque, on a souffert d’un manque d’amour. Là, on a senti un engouement. C’est quelque chose d’indispensable pour se sublimer. Il est normal de remercier les supporters de leur soutien», lançait quant à lui Didier Deschamps sur TF1.

Le meilleur est à venir?

Et maintenant? Place aux vacances puis à la reprise dans les championnats respectifs. La rentrée de l’équipe de France se fera, elle, le 4 septembre avec un match amical face à l’Espagne avant d’attaquer le premier match de préparation à l’Euro 2016, face à la Serbie. Programme costaud!

Mais au Bourget, les supporters se montraient plus qu’optimistes. «Pogba, le très beau Griezmann et même Schneiderlin… Il y a des jeunes plein d’avenir dans cette équipe», constatent Marion et Stéphanie venues de Strasbourg spécialement pour accueillir les Bleus. «On a déjà les bons acteurs, on ne peut avoir qu’un bon film», conclut Rio, un autre supporter de la première heure des Bleus. En espérant que cette réconciliation dure…