France-Allemagne: Pour Didier Deschamps, «les joueurs n’ont pas la pression»

FOOTBALL Le sélectionneur a assuré que les Bleus étaient sereins avant leur quart de finale de Coupe du monde…

B.V. à Rio

— 

Didier Deschamps (à gauche) et Olivier Giroud, le 20 juin 2014
Didier Deschamps (à gauche) et Olivier Giroud, le 20 juin 2014 — David Vincent/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Rio (Brésil),

Lui aussi, il était déjà dans son match. Beaucoup moins souriant qu’au lendemain de la qualification face au Nigeria, c’était un Didier Deschamps au visage fermé et aux réponses cinglantes ce jeudi devant les médias. A la veille d’affronter l’Allemagne en quart de finale de Coupe du monde, le coach des Bleus a abordé les trois questions essentielles de ce match.

Comment sont ses joueurs? «Ils ressentent de l’excitation»

«Ils n’ont pas la pression, alors je n’ai rien à leur dire. Ils ne ressentent rien, si ce n’est de l’excitation. L’histoire, elle est ce qu’elle est. Il y aura une nouvelle page à écrire demain. Faisons en sorte qu’elle soit la plus belle. On a toujours eu des joueurs compétitifs, après il a fallu faire en sorte qu’il y ait une unité de pensée et d’objectifs, faire comprendre que ce maillot amène à avoir des devoirs, qu’il n’y a rien au-dessus. Depuis le début de la préparation, l’état d’esprit a été excellent. Dans une Coupe du monde, le mental c’est quelque chose d’important.»

Qui est le favori? «Il est gentil Joachim»

«Joachim Löw a dit qu’on était favori? (Il rigole)… Oui, il est gentil Joachim… (en réalité, les propos venaient d’Olivier Bierhoff, le manager de la Mannschaft). Il peut déclarer des choses et moi aussi. Avant la Coupe du monde, s’il y avait une étiquette de favoris à donner, c’était plus à l’Allemagne qu’à nous. Jusqu’à maintenant, nous avons fait une très belle Coupe du monde. Mais l’adversité va augmenter. L’expérience est plus importante de leur côté mais on va jouer notre coup à fond quand même.»

Que vaut vraiment l’Allemagne? «Je ne peux pas dire qu’ils aient eu un parcours difficile»

«Je ne peux pas dire que l’Allemagne ait eu un parcours difficile. Ils ont eu un match compliqué contre le Ghana. Le premier match contre le Portugal, il y a eu un après 15 minutes. C’est une équipe qui ne change pas de philosophie, solide, calme, qui joue son jeu. Avec de fortes individualités. Elle aime bien avoir le ballon et imposer à l’adversaire son jeu. Après, évidemment qu’il y a plusieurs possibilités sur la compo d’équipe de l’Allemagne. Face à l’Algérie? C’était une configuration de match particulière. L’Algérie a joué très regroupée et procédé en contre. A partir du moment où les Allemands n’ont pas marqué, ils se sont exposés, même s’ils ont quand même fini plus frais que l’Algérie. J’ai vu dans ce match des choses à retenir qui peuvent nourrir ma réflexion par rapport à demain.»