Mondial 2014: Autour de Franck Ribéry, toujours autant d’incertitudes

FOOTBALL Le cas de l’ailier français est loin d’être réglé…

Bertrand Volpilhac

— 

Franck Ribéry à Clairefontaine le 23 mai 2014.
Franck Ribéry à Clairefontaine le 23 mai 2014. — Christophe Ena/AP/SIPA

La tempête de questions adressées à Didier Deschamps sur le cas Franck Ribéry ce mercredi n’a pas eu le même retentissement que les bourrasques de pluie et de vent qui s’abattaient au même instant sur Clairefontaine. Et pour cause, devant les médias, le sélectionneur n’a rien annoncé de fracassant concernant sa star, ni ultimatum ni forfait pour la Coupe du monde. Pour autant, les incertitudes autour de son cas sont plus fortes que jamais.

Sa blessure évolue-t-elle positivement? Pas particulièrement
Victime de douleurs chroniques au dos depuis sept semaines, Franck Ribéry est victime d’une lombalgie tenace qui l’empêche de s’entraîner avec le groupe depuis le début de la préparation. Et les deux jours de repos en famille ne semblent pas avoir particulièrement changé la donne. «Il a eu une coupure avec ses proches (durant deux jours, ndlr) et a travaillé avec quelqu’un du staff qui est resté avec lui pour suivre le protocole prévu», explique le sélectionneur. Ce mercredi, le Munichois s’entraînait toujours à part, avec un programme «adapté».

Sera-t-il dans l’avion pour le Brésil s’il ne joue pas contre la Jamaïque? Deschamps garde le secret
Existe-t-il un accord entre Franck Ribéry et Didier Deschamps stipulant que le joueur ne ferait pas la Coupe du monde s’il ne jouait pas face à la Jamaïque dimanche? «Je vais vous répéter ce que j’ai déjà dit: l’objectif reste le même, le rendre disponible pour le match de dimanche, répond le sélectionneur. Il n’y a pas de deadline». Et sera-t-il dans l’avion s’il ne participe pas à ce dernier amical? «Je n’aime pas les "si", vous me reposerez la question le moment voulu. Tout est ouvert et tout est ouvert aux interprétations. Aujourd’hui, je n’ai pas de raison de le dire (qu’il ne sera pas dans l’avion).» Avant de conclure: «Celui qui est le plus apte pour savoir si la douleur est supportable ou pas, c’est la personne concernée»

Deschamps prend-il le risque de jouer la Coupe du monde à 22? Oui
Le règlement de la Fifa est clair: jusqu’à 24 heures avant le premier match d’une équipe à la Coupe du monde (pour les Bleus, le 15 juin face au Honduras) un joueur de la liste des 23 initiale peut être remplacé. A condition qu’il s’agisse d’une blessure grave et inopinée. Autant dire que dans le cas de Franck Ribéry est difficilement plaidable auprès du service médical de la Fifa. «Il n’y a pas 100 % de réussite mais je ne suis pas dans ce cas de figure aujourd’hui», estime Deschamps. Si Ribéry est forfait, il y a de grandes chances que les Bleus jouent la Coupe du monde à 22.

Ce «contretemps» dérange-t-il le groupe? Les Bleus assurent que non
«Tout le monde connaît l’influence de Franck, et même si vous (les médias) en parlez beaucoup, ça n’empêche pas le groupe de travailler avec application et concentration», répond DD. Comme Zidane en 2002 ou Vieira en 2008, le cas Ribéry et son attention médiatique polluent un peu la préparation des Bleus. Mais pour l’instant, le sélectionneur comme les joueurs assurent que la vie du groupe n’est en pas affecté. «C’est logique que ça vous prenne de l’énergie, Franck représente beaucoup, poursuit Mickaël Landreau. Mais nous, on s’adapte, je ne crois pas que ce soit très problématique entre nous.»