Roland-Garros 2014: Gaël Monfils, l’homme de Roland

TENNIS Le Français s’est qualifié pour les quarts de finale du tournoi parisien…

Romain Baheux

— 

Le Français Gaël Monfils le 2 juin 2014 à Roland-Garros.
Le Français Gaël Monfils le 2 juin 2014 à Roland-Garros. — Darko Vojinovic/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Roland-Garros

C’est presque un pèlerinage. Une fois par an, Gaël Monfils retrouve ses courts, sa terre battue et son public parisien. Là où il s’est juré de gagner un jour, poussé par ses proches, le Français oublie tout. Les tracas, les bobos, les échecs du passé. «Avec lui, il se passe quelque chose à chaque fois, sourit le directeur technique national Arnaud Di Pasquale. Il a beau être mal préparé, il a beau arriver sans victoire, on s’est rendu compte qu’il n’avait pas besoin de ça pour briller à Roland.»

Murray sur la route des demies

Ce drôle de phénomène, l’Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, soufflé en trois sets (6-0, 6-2, 7-5) sur le Central lundi, en est devenu un témoin privilégié. Rompu à l’ocre, il n’a rien pu faire pour empêcher "La Monf" de filer en quart de finale pour la quatrième fois de sa carrière. Arrivé à Paris tourmenté par une douleur à la cheville droite, le Français peine lui-même à définir ce qui peut bien le porter. «C’est étrange, je crois plus en moi quand je suis ici, glisse-t-il. J’aime jouer ici, l’énergie est différente. Le public est derrière moi quand je ne suis pas bien. C’est une atmosphère qui me convient.»

On va bientôt voir si la magie opère contre l’une des références du circuit. Mercredi, c’est Andy Murray, ses sept finales de Grand Chelem et sa défense acharnée qui se profilent sur la route des demies. «Gaël va faire son match, il n’y a pas de raison, sourit Rufin, le paternel. Lui, il est ici pour aller loin.» Et ici, c’est chez lui, l’homme de Roland-Garros.