Hockey sur glace: «Nos matchs sont plus serrés, dans un sens comme dans l’autre»

CHAMPIONNATS DU MONDE Les Bleus ont perdu face à l’Italie dimanche (2-1) après avoir réaliser l’exploit contre le Canada (3-2)…

Julien Laloye

— 

Le Français Julien Desrosiers entouré de ses coéquipiers, le 14 mai 2013 en Finlande.
Le Français Julien Desrosiers entouré de ses coéquipiers, le 14 mai 2013 en Finlande. — Markku Ulander

Sa folle victoire face à la meilleure équipe du monde, même privée de ses champions olympiques, avait suscité un certain enthousiasme. Las, l’équipe de France de Hockey sur glace n’a pas confirmé lors de son deuxième match des championnats du monde face à l’Italie, battue par un adversaire moins fort qu’elle (2-1). Un contretemps qui ne remet pas en cause l’objectif de se maintenir dans l’élite pour Julien Desrosiers, l’attaquant franco-canadien des Bleus.

Cette défaite face à l’Italie, c’est un coup sur la tête, après l’exploit contre le Canada?

C’est frustrant. Même si on a battu le Canada, c’était le match qu’il fallait remporter pour assurer le maintien sans trembler. On se l’était dit avant le tournoi et on perd...

Pourtant, vous dominez largement. Qu’est-ce qui n’a pas marché?

C’est dur à analyser à chaud…on s’attendait à autre chose, c’est une grosse déception. Ils nous ont pris à notre propre jeu, d’habitude c’est nous qui jouons en contre-attaque comme ça. Et puis leur gardien a fait les arrêts qu’il fallait. Bravo à eux, ils ont réalisé le hold up parfait.

L’équipe de France est capable de battre la Russie et le Canada, mais aussi de perdre contre des adversaires beaucoup moins huppés. Comment l’expliquez-vous?

C’est simple. On s’améliore beaucoup, alors nos matchs sont de plus en plus serrés, dans un sens comme dans l’autre. L’année d’avant, on bat la Russie, mais on se maintient de justesse ; Là, après la victoire contre le Canada, on pensait enchaîner. On n’a pas été assez opportunistes.

C’est le manque d’efficacité offensive qui empêche de passer un palier?

Je ne sais pas si on peut dire ça. A chaque match, le scénario est différent. Contre les Canadiens, on marque deux fois en supériorité numérique, là on a essayé mais ça n’a rien donné…On travaille là-dessus très régulièrement à l’entraînement. Mais l’équipe n’a pas l’habitude de dominer ses matchs de cette façon

Les quarts de finale, un jour, c’est envisageable pour les Bleus?

L’objectif reste le maintien, et rien n’est perdu à ce niveau. Après, c’est vrai que ça fait plusieurs années qu’on y parvient et qu’on aimerait accrocher un quart de finale. C’est la prochaine étape pour ce groupe qui grandit. On en parle, on en parle, mais cette défaite contre l’Italie remet un peu cause cet objectif.