VIDEO. Parker et San Antonio bien trop forts pour Portland

BASKET Les Spurs se sont largemens imposés dans la salle des Blazers et mènent 3-0 dans la série...

avec AFP

— 

Au premier tour, Lillard s'est montré plus adroit et plus rapide que Jeremy Lin (Houston) et Parker (San Antonio) dans un parcours d'obstacles réclamant précision et vitesse dans les passes, dribbles et le jeu de jambes.
Au premier tour, Lillard s'est montré plus adroit et plus rapide que Jeremy Lin (Houston) et Parker (San Antonio) dans un parcours d'obstacles réclamant précision et vitesse dans les passes, dribbles et le jeu de jambes. — Ronald Martinez afp.com

Après un premier tour laborieux contre Dallas, San Antonio a retrouvé son basket et un Tony Parker impeccable depuis le début du 2e tour des play-offs contre Portland, surclassé pour la troisième fois en trois matches, samedi (118-103).

Le scénario de la démonstration des Spurs avait un air de déjà vu: comme lors des matches N.1 et 2, les joueurs de Gregg Popovich ont écoeuré les Blazers dans les deux premières périodes avec cette facilité offensive et cette rigueur défensive qui leur ont permis de finir la saison régulière avec le meilleur bilan (62 victoires, 20 défaites).

A la baguette de ce «basket total» (7 ballons perdus seulement, 100% aux lancers francs, 48,3% de réussite), Parker qui a de nouveau compilé d'impressionnantes statistiques (29 pts, 2 rebonds, 6 passes).

«C'est le patron sur le terrain», a reconnu Popovich, pourtant avare de compliments. «Il est le moteur de notre équipe, il a très bien débuté le match et il a tout fait pour impliquer ces coéquipiers», a apprécié «Pop».

Les Spurs ont rejoint les vestiaires avec 20 points d'avance (60-40) et ont dépassé pour le 3e match de suite le seuil des 60 points après deux périodes.

«On joue bien en ce moment, on fait bien circuler le ballon. Nous sommes très concentrés depuis le début de la saison sur un objectif précis. Ce qui s'est passé l'an dernier nous motive beaucoup», a reconnu Parker, en référence à la finale 2013 perdue au terme de sept matches et d'un scénario épique.