Juventus-Lyon: Plus de 2 000 supporters de l’OL attendus au Juventus Stadium

FOOTBALL L’OL compte sur ses supporters pour réaliser l’exploit à Turin en quarts de finale retour de la Ligue Europa…

Stephane Marteau

— 

Les supporters de l'OL lors d'un précédent match de Ligue Europa face au Viktoria Plzen
Les supporters de l'OL lors d'un précédent match de Ligue Europa face au Viktoria Plzen — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Eux aussi veulent croire à l’impossible exploit. L’OL pourra compter sur une forte mobilisation de ses supporters, ce jeudi, à Turin, où la formation de Rémi Garde tentera de se qualifier pour les demi-finales de la Ligue Europa. Plus de 2 000 Lyonnais, dont la plupart effectueront le déplacement par leurs propres moyens, sont attendus au Juventus Stadium (41 000 places). C’est moins qu’en 2006 lorsque l’OL avait attiré près de 10 000 personnes à San Siro pour un quart de finale retour de Ligue des champions face à l’AC Milan (3-1). «Mais ça fait partie des plus fortes mobilisations de supporters pour un match à l’extérieur», se félicite Xavier Pierrot, le responsable de la billetterie.

Le plein contre Paris

Surtout que le résultat du match aller remporté la semaine dernière par les Bianconeri (0-1) aurait pu échauder l’enthousiasme des fans les plus inconditionnels. «La moitié avait pris son billet avant le match aller et les réservations ont continué sur le même rythme car le public a été satisfait de la prestation des joueurs», affirme Xavier Pierrot.

Le porte-monnaie des Lyonnais ne cesse pourtant d’être mis à contribution depuis quelques semaines. Et ce n’est pas fini. Ainsi, après Monaco, Saint-Etienne et la Juve, c’est le Paris SG qui est attendu ce dimanche dans un stade de Gerland qui devrait afficher complet. Et la semaine suivante, 20 000 supporters iront au Stade France pour soutenir l’OL face au PSG en finale de la Coupe de la Ligue. «Il y a un engouement que l’on n’avait plus ressenti depuis quelque temps. C’est dû à la fin de saison à enjeu et à la forte identité lyonnaise qui se dégage de l’équipe», estime Xavier Pierrot. Et de conclure. «Maintenant, il n’y a plus qu’à…»