Lyon-Juventus : «Nous avons montré qu’il y avait encore de la qualité à l’OL» souligne Rémi Garde

FOOTBALL L’OL s’est inclinée à domicile devant la Juventus en quarts de finale aller de la Ligue Europa…

Stephane Marteau

— 

Rémi Garde, l'entraîneur de l'OL, lors du quarts de finale aller de Ligue Europa face à la Juventus.
Rémi Garde, l'entraîneur de l'OL, lors du quarts de finale aller de Ligue Europa face à la Juventus. — JEFF PACHOUD / AFP

Ce n’est certainement pas le cadeau d’anniversaire qu’il aurait souhaité. Battu jeudi par la Juventus (0-1) le jour de ses 48 ans, Rémi Garde n’avait cependant pas grand-chose à reprocher à ses joueurs. Malgré le poids des absences, ceux-ci ont longtemps tenu tête au leader incontesté du Calcio.

Les deux équipes se sont livrées une belle bataille tactique…

Contre les équipes italiennes, c’est souvent très tactique. Nous avons essayé de faire quelque chose de cohérent. Les joueurs ont très bien répondu à mes attentes. Malheureusement, nous avons encaissé un but sur une phase arrêtée, comme souvent dans les grands matchs cette année puisqu’à Paris nous avions encaissé quatre buts sur coups de pied arrêtés. C’est dommage. La Juve a quand même eu le contrôle du match. Elle a eu une très grosse occasion en deuxième période. Nous les avons beaucoup gênés. Nous avons fait le match que nous espérions faire, c’est-à-dire se créer une ou deux occasions par mi-temps. Ce fut plus difficile pour nous en deuxième période. Mais il ne faut pas oublier que la Juve est une très grande équipe cette saison en Europe.

Le plan anti-Pirlo a plutôt bien fonctionné…

Ca faisait partie d’un plan global. Mais on sait que c’est un joueur très influent qui a bénéficié d’un coup franc très bien placé à la quatrième minute. J’ai  eu un peu peur à ce moment-là que l’affaire soit très mal engagé. Steed (Malbranque) a merveilleusement bien respecté le plan de jeu, comme toute l’équipe. Nous avons essayé de construire quelque chose de cohérent en sachant le déséquilibre des forces au départ du match

Comment envisagez-vous le match retour?

Il ne faut pas se le cacher, ce sera extrêmement difficile. L’objectif aujourd’hui était de ne pas encaisser de but et d’essayer d’en marquer un. Avoir concédé ce but met la Juve dans une position très favorable. L’objectif au match retour sera que les supporters soient fiers de leur équipe, malgré l’énorme différence qu’il y a entre les deux équipes. Ce soir, il y avait sept joueurs du centre de formation de l’OL qui étaient titulaires au coup d’envoi. Il y en a même eu huit à la fin. La plupart se sont extrêmement bien comportés. Ils ont fait un très bon match, de très haut niveau. Ca ressemblait à ce qu’on a vu hier soir en Ligue des champions.

Vous disiez avant le match aller qu’une qualification relèverait du miracle

Désormais, il faudra un double miracle. Il faut aller à Lourdes et y retourner le lendemain pour essayer de faire quelque chose. Mais c’est un quarts de finale de Ligue Europa. C’est normal que ce soit très difficile. Mais je pense que nous avons montré qu’il y avait en core de la qualité à l’OL et qu’il y en aura dans les années à venir.

Ne redoutez-vous pas que votre équipe flanche moralement après avoir concédé une troisième défaite consécutive à domicile ?

Nous avions tout à gagner ce soir et rien à perdre. Ce sera pareil au match retour. En championnat, nous allons essayer de nous rattraper des énormes injustices qui nous coûtent quelques points, au minimum quatre et peut-être six. Ca fait beaucoup. Mais on ne va pas s’apitoyer. Nous allons essayer de nous révolter. Ce sera difficile dimanche à Valenciennes parce que c’est un club qui joue sa survie. Mais je n’ai pas de crainte que l’équipe lâche.