Coupe de la Ligue: Rémi Garde estime que l'OL «sera le Petit Poucet» face au PSG

Stéphane Marteau à Lyon

— 

Rémi Garde le 5 mai 2013 à Nancy.
Rémi Garde le 5 mai 2013 à Nancy. — POL EMILE/SIPA

A défaut de pouvoir vampiriser la L1 comme il l'a fait durant sept ans (2002-2008), l'OL a reporté ses espoirs de garnir son armoire à trophées sur les épreuves de coupes. Deux ans après avoir remporté la Coupe de France, la formation de Rémi Garde a gagné le droit de retrouver le Stade de France et d'affronter le Paris SG en finale de la Coupe de la Ligue grâce à son succès remporté mercredi devant Troyes (2-1). Ce sera même la troisième fois en deux ans que les Lyonnais effectueront le déplacement en Seine-Saint-Denis où ils s'étaient inclinés en 2012 devant l'OM (0-1 a.p.) en finale de la Coupe de la Ligue.

Rémi Garde en conserve un très mauvais souvenir. «J'espère faire autre chose que de visiter le Stade de France, a-t-il déclaré en conférence de presse. Je l'ai déjà fait une fois pour rien et dans ces moments là, c'est très dur. Par conséquent, si on peut éviter de faire comme la dernière fois, on ne s'en privera pas», a ajouté l'entraîneur de l'OL. Mais face à l'ogre parisien, le technicien rhodanien annonce que son équipe «sera le Petit Poucet.» Avant finalement de se reprendre. «J'ai dit petit poucet? Je suis peut-être allé un peu loin. Disons que nous ne serons pas les favoris. Ca nous arrive rarement. Mais nous n'aurons rien à perdre.»

Aulas: «Paris est prenable en Coupe»

 

Un sentiment partagé par toutes les composantes du club. A commencer par le président Aulas. «Si Paris est difficilement atteignable en championnat, il est prenable en Coupe», a-t-il confié sur OLTV. «Sur un match, tout est possible», a renchéri le capitaine Maxime Gonalons, enthousiasmé à l'idée d'affronter le PSG. «C'est une finale de rêve. Tout joueur aspire à disputer ce genre de match.»

 

Alexandre Lacazette fait preuve quant à lui d'un certain détachement. «Je m'en fiche un peu de l'adversaire. Cela aurait pu être n'importe qui en face, l'essentiel est de la gagner. C'est ce que l'on retient avant tout», estime à juste titre le meilleur buteur de l'OL. Ses partenaires auront le temps de se pencher sur le sujet puisque deux mois et demi les séparent de l'événement. «Ca nous laisse le temps de grapiller des points en championnat», souligne Bafétimbi Gomis. Mais certainement pas de rattraper le PSG.